Partager

Alors que le coup d’envoi de la campagne électorale pour les législatives et le premier tour de la présidentielle du 31 janvier prochain a été donné dimanche, 16 janvier 2011, la junte au pouvoir a clarifié la situation du président déchu, Mamadou Tandja. Cité dans plusieurs affaires de détournement de deniers publics, il a été transféré en prison le même jour. La dernière en date est celle de la société nigérienne de produits pétroliers, la Sonidep. Près de 4 milliards de francs CFA ont été détournés d’un compte spécial de la Sonidep. Pour le gouvernement nigérien, c’est une affaire de trop. Mamadou Tandja est devenu encombrant pour la junte militaire depuis que la Cédéao, sur une plainte de sa famille, a demandé sa relaxe pure et simple, en l’absence de tout chef d’accusation. La suite est connue de tous : la Cour d’Etat lève l’immunité de l’ancien président et aujourd’hui, il est rattrapé par l’histoire. Mamadou Tandja croupit à la prison civile de Kollo, dans un bâtiment administratif aménagé pour la circonstance avec, comme seule dotation, un matelas neuf et un canapé. RFI.fr.