Partager

C’est à l’hôtel Sheraton que s’est tenu le lancement de cette grande première sous le parrainage du premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga. Cette initiative sous l’impulsion du ministère de l’économie numérique et de la communication a réuni une pléthore de personnalités du monde du numérique malien et celles venues de la France, de la Tunisie et du Maroc. Etaient aussi présents pour l’occasion : Les membres du gouvernement, les représentants du gouverneur du district de Bamako, de la Mairie du district de Bamako, le président de l’association des sociétés informatiques du Mali, le directeur national de l’économie numérique.

capture-3.gifDans une présentation devant l’auditoire, M. Hamidou TOGO, Directeur national de l’économie numérique a révélé que 178 startups maliennes s’étaient inscrites à ce bootcamp numérique, présélectionnées par un jury d’experts du domaine présidée par le secrétaire général de l’économie numérique. Les 30 présélectionnées seront, à la suite de 2 jours de formation ( 17 et 18 janvier), départagées pour n’en rester que 3 qui iront en voyage d’immersion à la Silicon Valley.

Ceci constitue un voyage de promotion d’affaires auprès des leaders mondiaux et à la recherche de partenaires financiers avec l’aide de l’agence américaine Readwrite Labs . Les 27 restantes seront incubées à Bamako. M.Arouna Modibo Touré, le ministre de l’économie numérique et de la communication assure que: “Nous avons trouvé le budget nécessaire pour cela”.

Les startups sélectionnées sont entre autres : Yelenkoura, Tiketa, Lénali, I-nurse, Self Made Space, TEM, Kalaan, My’larme, Ibraci Links, COTt etc….Tous ont développé des solutions répondant à une problématique locale ou nationale. C’était l’un des principaux critères de sélections des différents projets. La plupart d’entre elles s’attèlent sur des solutions numériques de sécurisation de données ou de matériels; d’offre de service médical, d’éducation, de gaming, de packaging, de bancarisation etc…

L’objectif de MaliStartup est en effet d’explorer, repérer et évaluer les capacités et le potentiel des jeunes pousses maliennes dans le secteur numérique, en leur donnant l’opportunité de libérer leur génie et convaincre les investisseurs de valoriser leur savoir-faire à travers le monde.

Aïssata Keïta

Bamako, le 17 Janvier 2019

©AFRIBONE