Partager

Les États-Unis seraient prêts à soutenir une intervention armée « bien préparée » et menée par des pays africains dans le nord du Mali pour en expulser la rébellion islamiste liée à Al-Qaïda, a indiqué lundi un haut responsable américain.

« Il devra y avoir à un certain moment une action militaire » contre les extrémistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) installés dans le nord du Mali, a déclaré le plus haut responsable de l’Afrique au département d’Etat américain, Johnnie Carson.

Le diplomate a plaidé au cours d’une conférence de presse téléphonique pour qu’un éventuel déploiement de troupes de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), sous l’égide de l’ONU, soit « conduit par l’armée malienne, avec le soutien de tous les Etats de la région, comme la Mauritanie et l’Algérie ».

« Toute action militaire là-bas devra être bien préparée, bien organisée, bien pourvue, bien pensée et agréée par ceux (les pays) qui seront directement concernés », a insisté M. Carson.

Le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra a appelé samedi les Occidentaux, et au premier chef la France, à intervenir militairement dans le nord du Mali en envoyant avions et forces spéciales.

La France et l’Allemagne ont répondu lundi qu’ils apporteraient un soutien logistique à une éventuelle mission africaine au nord-Mali, tout en excluant d’y déployer des troupes de combat.

L’Otan a également déclaré lundi n’avoir aucun projet d’intervenir au Mali, tandis que le haut commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom), Carter Ham, assurait que la solution à la crise ne pouvait être que « politique et diplomatique ».

16:36 – 01/10/12

WASHINGTON (AFP)