Partager

WASHINGTON – Washington espère trouver un accord cette semaine avec Paris à l`ONU sur une résolution du Conseil de sécurité permettant d`engager une action militaire internationale dans le nord du Mali, région aux mains d`islamistes armés, a indiqué lundi la diplomatie américaine.

« Nous avons travaillé très dur avec la France pour régler des problèmes techniques et des questions relatives au déroulé (d`une intervention au Mali).

Nous continuons de travailler là-dessus avec la France et avec nos autres partenaires et espérons boucler cela cette semaine, parce que le dossier est urgent », a déclaré la porte-parole du département d`Etat, Victoria Nuland.

La diplomate américaine réagissait aux déclarations dimanche du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, affirmant que les deux pays allaient trouver un accord au Conseil de sécurité à propos d`une résolution sur le Mali.

« Il y a une résolution internationale qui doit être proposée d`ici quelques jours aux Nations unies » pour donner un cadrage à cette action militaire internationale, avait dit M. Fabius, sur RFI-TV5-Le Monde, en minimisant tout différend à ce sujet entre Paris et Washington.

La volonté de la France et des Africains d`obtenir rapidement le feu vert de l`ONU à l`intervention d`une force internationale dans le nord du Mali aux mains d`insurgés islamistes se heurte au scepticisme de Washington, qui doute de la capacité de Bamako et de ses voisins à mener à bien l`opération.

Bamako et la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao) ont soumis à l`ONU des plans pour une force internationale de 3.300 hommes et demandent au Conseil de sécurité d`autoriser rapidement son déploiement.

Mais le secrétaire d`Etat américain adjoint aux Affaires africaines, Johnnie Carson, a récemment estimé que les plans de la Cédéao « ne répondaient pas à plusieurs questions essentielles », dont les « capacités des forces maliennes et internationales de réaliser les objectifs de la mission » et son financement, estimé à au moins 200 millions d`euros.

AFP, le 17 Décembre 2012