Partager

«Trop souvent, regrettait le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, lors de la journée des casques bleus, notre personnel est pris pour cible par des groupes armés fauteurs de troubles et des terroristes. Dans certaines régions où l’ONU opère, notre drapeau bleu est passé de bouclier à cible». Un constat amer que ne démentiront pas les 10 300 militaires et policiers engagés dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée de l’ONU pour la stabilisation au Mali (Minusma), eux qui en ont assez de servir de cibles et qui n’ont cessé de réclamer la modification de leur mandat. Ce devrait être chose faite dès aujourd’hui avec le renouvellement dudit mandat par le Conseil de sécurité. En effet, quand cette résolution sera votée, on devrait avoir, en tout cas sur le papier, une Minusma regonflée à bloc. Plus forte, plus offensive et plus combative, autrement dit mieux armée pour s’attaquer à ce que les diplomates nomment pudiquement des « menaces asymétriques».

une-3221.jpg

En réalité derrière ce vocable ampoulé se cache la mutation des casques bleus qui opèrent au Mali en une véritable force de lutte contre le terrorisme, ni plus ni moins. Hasard du calendrier et preuve supplémentaire de l’urgence avec laquelle il fallait opérer, la nouvelle tenue de combat de la MINUSMA est en train d’être confectionnée alors même que dans une nouvelle vidéo (en arabe et en tamasheq) enregistrée ce mois-ci et qui vient d’être diffusée ce week-end, Iyad Ag Ghali, le gourou d’Ansar Dine, profère pendant dix minutes de nouvelles menaces contre les « forces d’occupation » que seraient la France et l’ONU. A l’évidence donc, il ne suffira pas de renforcer le mandat pour que le Nord-Mali redevienne ce havre de paix au paysage enchanteur qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. C’est pourquoi la nouvelle configuration devrait entraîner aussi une augmentation des effectifs avec l’arrivée en renfort de quelque 2 500 soldats et policiers, et un apport conséquent en logistique et surtout en moyens de renseignement. Alors les djihadistes de tous poils tapis dans les dunes du septentrion malien n’ont qu’à bien se tenir. La nouvelle Minusma arrive.

Reste donc à espérer que la conjugaison de tout cet arsenal de mesures apportera plus de sécurité aux casques bleus euxmêmes, aux personnels des Nations unies et des ONG déployés dans le septentrion malien. Car, comment des hommes qui peinent déjà à assurer leur propre sécurité pourraient-ils garantir celle des autres, des civils en l’occurrence ? Cela dit, la Minusma, même renforcée, ne peut, à elle seule, réunir tous les ingrédients indispensables à un retour à une paix définitive au pays de Modibo Kéita tant que les différents acteurs de la crise ne mettront pas en œuvre le nouveau contrat social péniblement conclu à Alger et signé en deux temps à Bamako il y a exactement un an. Or, force est de constater que de ce côté les choses n’avancent pas comme il se doit. Et il faudra sans doute attendre le mois d’août, avec le déploiement prévu des forces maliennes et le retour des autorités intérimaires au Nord, pour jauger véritablement le désir de paix des uns et des autres… Mais nous n’en sommes pas encore là !

Marie Ouédraogo

Lobservateur.bf – 29 Juin 2016


Renouvellement et renforcement du mandat de la Minusma : il faut que la peur change de camp

C’est ce mercredi 29 juin que sera acté par le Conseil de sécurité de l’ONU, le renouvellement de la Mission multidimensionnelle intégrée de l’ONU pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). L’adoption de la résolution devrait n’être qu’une simple formalité et le nouveau mandat de cette opération de maintien de la paix devrait prendre une posture plus offensive et plus combattive de façon à lui permettre d’agir de manière proactive en cas de menaces asymétriques. La MINUSMA opère ainsi une mue qui, désormais, fera clairement d’elle une mission de lutte contre les djihadistes et contrebandiers de tout acabit qui ont mis le septentrion malien sous coupe réglée. La France avec son opération Barkhane n’interviendrait qu’en soutien, en cas de menace grave et imminente. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il était temps !

une-3223.jpg

Il était plus qu’urgent que le mandat soit adapté à la réalité du terrain
D’abord, parce que contrairement au vieil adage selon lequel « la peur du gendarme est le début de la sagesse », le bleu des casques des gendarmes onusiens n’effrayait personne au Nord-Mali. Bien au contraire, ils étaient devenus des cibles faciles pour pistoleros sans foi ni scrupules en quête de trophées sanglants pour alimenter leurs opérations de communication. En renforçant donc le mandat de la MINUSMA, le Conseil de sécurité de l’ONU traduit clairement qu’elle a pris non seulement la mesure des enjeux sécuritaires dans le Nord-Mali face à la multiplication des attaques qui menaçaient de transformer le pays en un cimetière à ciel ouvert pour Casques bleus, mais aussi de la pression des pays contributeurs en troupes dont les amères complaintes face aux cortèges des cercueils arrivant des abords du Djoliba étaient de plus en plus assourdissantes. Et à dire vrai, pour mener à bien sa mission, la MINUSMA avait besoin de ce renforcement de son mandat car pour protéger les populations, il faut être déjà soi-même en vie. Du reste, être soldat de la paix ne signifie pas aller à l’abattoir. Il était donc plus qu’urgent que le mandat soit adapté à la réalité du terrain dans un contexte marqué par la résurgence d’un Iyad Ag Ghali avec un discours des plus belliqueux à l’encontre des forces de la MINUSMA. L’évolution de la situation sécuritaire en Libye avec le risque de rabattre plus au Sud la cohorte résiduelle des illuminés de l’Etat Islamique (EI) commandait aussi cet aggiornamento. Au regard de ces menaces qui constituent de véritables torpilles pour la paix et la stabilité de toute la sous-région, le Conseil de sécurité devrait même bander davantage les muscles en lançant la traque ouverte des chefs djihadistes qui rendent impossible le sommeil des populations, car le spectre du viseur onusien est bien plus large que celui de l’Etat malien. C’est véritablement à ce prix que le tigre de papier qu’était la MINUSMA en deviendrait un de vrai et contraindra pour de bon les djihadistes qui ont transformé le Nord-Mali en sanctuaire terroriste, à une vie de troglodytes. Ensuite, parce que l’ONU elle-même est une vielle dame dont il faut renouveler les camisoles, les missions traditionnelles de garantir le cessez-le-feu en servant de forces d’interposition ne valant plus grand-chose dans les guerres asymétriques, sans visage qu’imposent les terroristes aux différents Etats. Il est impératif que les mécanismes onusiens fassent aussi leur mue pour intégrer cette nouvelle donne. Ils doivent être suffisamment flexibles pour s’adapter à des situations en constante évolution et ce, dans un contexte où l’ONU elle-même, est ouvertement dans le collimateur de nombreux groupes terroristes. Faut-il le rappeler, plus de 3 326 membres des opérations de paix de quelque 120 pays ont perdu la vie sous les drapeaux de l’ONU.

Il faut se féliciter que l’ONU ait tiré leçon de son expérience au Mali
Toutefois, une chose est de renouveler et de renforcer le mandat de la MINUSMA, une autre est de lui fournir les moyens matériels, financiers et humains nécessaires à sa mission. Les effectifs sont revus dans la nouvelle résolution, à la hausse, de 2500 Casques bleus supplémentaires et les Etats membres sont invités à fournir plus d’efforts pour financer des moyens logistiques comme les drones, les hélicoptères de combat et les blindés, mais aussi le renseignement. Dans un contexte où déjà les premiers effectifs prévisionnels n’avaient pas été atteints et où les pays contributeurs se hâtaient lentement, ce n’est pas un pari gagné d’avance. On se souvient, le Mali lui-même s’était montré mauvais payeur et avait vu ses droits suspendus à l’ONU. Il y a fort heureusement des signaux positifs avec le progrès dans l’engagement de certains pays jusque-là en retrait des opérations militaires extérieures, comme l’Allemagne ! Cela dit, il faut se féliciter que l’ONU ait tiré leçon de son expérience au Mali où elle mène l’opération de maintien de la paix la plus meurtrière. Il reste à espérer que pour plus d’efficacité, les populations du Nord-Mali se mettent en phase avec le nouveau mandat et contribuent au mieux à son succès. L’ONU semble en avoir bien perçu la nécessité et s’est engagée aussi à gagner les cœurs et les esprits à travers des projets humanitaires à impact rapide comme la construction de puits ou l’installation de groupes électrogènes. Sans nul doute, avec l’effet conjugué du renforcement du mandat de la MINUSMA, du redéploiement des forces maliennes et de l’installation des autorités intérimaires, prévues courant août, les groupes djihadistes auront à qui parler. Toutes les conditions semblent donc réunies pour qu’au Nord-Mali, la peur change enfin de camp.

« Le pays » – 28 Juin 2016