Partager

ouane.jpg
Notre pays et l’Union européenne (UE) avaient procédé à Lisbonne (Portugal), en marge du 2è sommet Afrique-UE en décembre 2007, à la signature du Document de stratégie de coopération (DSC) et du Programme indicatif national (PIN) pour la période 2008-2013. Les deux documents ont été présentés mercredi dernier en fin d’après-midi au président de la République, Amadou Toumani Touré. La cérémonie a eu lieu au palais de Koulouba en présence du Premier ministre, Modibo Sidibé et de plusieurs membres du gouvernement.

En ce qui concerne le Document de stratégie de coopération, il fixe les orientations générales de la coopération Mali-UE pour la période concernée 2008-2013. Quant au Programme indicatif national, il indique les ressources financières programmables indicatives. La Communauté européenne prévoit, dans le cadre du 10è Fonds européen de développement (FED), de mettre à la disposition de notre pays pour la période sus indiquée un montant de plus de 366 milliards de Fcfa.

Pour le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane, les ressources mobilisées seront consacrées à la gouvernance, à l’appui au développement économique des régions du Nord et du delta du Niger (Kidal, Gao, Tombouctou, Mopti et Ségou) dans lesquelles seront réalisés notamment les axes routiers Gomacoura-Tonka-Tombouctou et Gao-Kidal ainsi que des infrastructures complémentaires concernant l’eau, l’assainissement et l’énergie.

Elles prendront en compte aussi le développement de la zone de l’Office du Niger (gestion de l’eau et des terres), l’appui au développement économique des régions à travers le financement des plans régionaux de développement et enfin l’aide macro-économique (aide budgétaire) dans le cadre de la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté.

L’objectif visé, selon le ministre Ouane, est d’obtenir une amélioration de l’accès des populations aux services sociaux de base, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’eau potable. Moctar Ouane a estimé que la signature du DSC et du PIN et le montant appréciable des ressources programmées traduisaient la qualité privilégiée de la coopération Mali-UE et surtout des performances remarquables réalisées par notre pays dans la mise en œuvre du 9è FED.

Ainsi, a révélé le ministre des Affaires étrangères, à la date du 30 octobre 2007, la totalité du 9è FED était engagée, soit un taux d’engagement de 100% et un taux de décaissement supérieur à 65% avec une moyenne, sur les deux dernières années, de plus de 100 millions d’euros (soit plus de 6(, ( milliards de FCFA) par an.

Pour maintenir cette tendance, Moctar Ouane a préconisé un certain nombre de mesures, notamment l’amélioration de la production des données statistiques, la rationalisation de la fixation des programmes, la mise en place d’un cadre de concertation regroupant l’ensemble des bénéficiaires de l’aide communautaire en vue d’une optimisation de notre capacité d’absorption des fonds alloués dans le cadre du 10è FED.

Le chargé d’affaires de la Délégation de l’UE au Mali a, pour sa part, expliqué le contenu du DSC et du PIN en indiquant que l’aide de la Commission européenne se focalisera entre 2008 et 2013 dans deux domaines prioritaires, à savoir la gouvernance et le développement économique dans les régions du Nord et du delta du Niger.

À propos du 10è FED, Hamann Gabin a souligné que l’une des nouveautés sera l’importance donnée à la gouvernance. Pour ce qui est de notre pays, il a indiqué que la tranche incitative s’élève à 68,859 milliards de Fcfa, un montant qui reflète la pertinence du plan de réformes proposé par le gouvernement. En dehors de notre pays, 31 autres pays ont reçu 25% de la tranche incitative.

M. KÉITA – L’Essor

08 Février 2008.