Partager

L’équipe nationale du Mali affronte demain au stade du 26-Mars son homologue du Tchad, ce, dans le cadre de la dernière journée des éliminatoires combinées Can/Mondial-2010.

« La formation du Mali joue bien, nous avons perdu à domicile il y a quelques mois, mais à Bamako nous jouerons notre va-tout pour empocher le gain du match » , confiait le capitaine tchadien au lendemain de la victoire de son équipe (2-1) sur le Soudan au Caire (Egypte).

Cette confiance est partagée par ses partenaires qui avertissent dans le magazine « Stade d’Afrique » qu’ils veulent montrer aux sportifs maliens qu’on doit leur faire confiance.

Retranchés au pays depuis quelques semaines, les poulains de Japhet N’Doram, après les deux matches en retard du Caire contre le Soudan, peaufinent leur plan de bataille, sous l’œil vigilant de quelques fans. « Au début on avait des problèmes, mais depuis la grâce de la Fifa et la victoire sur le Soudan, tout semble rentrer dans l’ordre », indique Innocent Kilayo, un journaliste Tchadien joint par nos soins. Il ajoute : « Nous tenons à gagner cette confrontation maliano-tchadienne avant d’attendre le résultat de l’autre match du groupe et surtout de prétendre à une place de meilleurs 2e ».

Pour Mali-Tchad de demain, le public s’attend donc à une rencontre de belle facture. Le trio arbitral est guinéen. Le commissaire est un Nigérian et l’officier de sécurité est un ressortissant de la Mauritanie.
Des mesures

Pour la rencontre de demain, les adversaires du Mali sont dans nos murs depuis le mercredi. Quant aux Aigles, l’effectif convoqué est au grand complet à Kabala où Keshi et ses poulains ont reçu la visite de la presse.

Pour sa part, la commission mixte chargée de l’organisation pratique des matches internationaux, est à pied d’œuvre. Pour la rencontre de demain qu’on dit à haut risque, le président Abdoulaye Ouédraogo et ses collaborateurs au cours du point de presse au siège de Malifoot ont défini les contours du dispositif qui sera mis en place.

La seule innovation est la carte d’entrée pour les supporters. « Nous avons bien voulu réglementer un peu la situation des supporters pour gérer le flux des nombreux fans habillés aux couleurs nationales », affirme Ouédraogo, président de ladite Commission. « Une autre mesure idoine, poursuit-il, est prise au niveau des vendeurs de billets. Car des retentions de billets ont été constatées lors de la rencontre Mali-Soudan du 22 juin dernier pour des cas de surenchère ».

Six points de vente sont retenus par la commission : le stade du 26-Mars, les stades Modibo Kéita et Mamadou Konaté, le Carrefour des jeunes, le ministère des Sports et le siège de la Fédération malienne de football. S’adressant aux hooligans, le président avertit : « Pas de projectiles ou autres fumigènes… »

Boubacar Diakité Sarr

10 Octobre 2008