Partager

Ce fonds va aider à la production de revenus et à la promotion de l’emploi stimulées par le secteur privé

Après une année de crise sécuritaire, politico-institutionnelle et économique marquée par un effondrement socio-économique, la croissance et l’économie se redressent progressivement. Les signes de relance commencent à être perceptibles ici et là, notamment à Bamako et dans les régions du Nord où les travaux de voirie, d’assainissement, de réhabilitation sont lancés. Cependant, le secteur privé, principale source de création et d’accumulation de richesses, tarde à retrouver ses marques malgré un début de restauration de l’appareil de production et de relance des activités économiques engagés par le gouvernement. Plus maintenant. Pour la relance notre économie, la promotion de l’emploi et du secteur privé, notre pays peut compter désormais sur la Confédération helvétique et le Royaume du Danemark. Ces partenaires privilégiés viennent de doter le Programme d’appui à la croissance et à la promotion de l’emploi stimulées par le secteur privé du Mali (PACEPEP) d’un important financement de 26,4 milliards Fcfa. L’entente marquant la mise à la disposition de ce fonds à notre pays a été paraphée vendredi au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Les documents ont été signés par le ministre Zahabi Ould Sidi Mohamed, l’ambassadeur du Danemark, Anders Garly Andersen, et le directeur résident de la coopération suisse, Mirko Manzoni. C’était en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, et de son homologue de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby. Cette convention entérine l’engagement constant et dynamique de la Suisse et du Danemark auprès du PACEPEP. Les deux pays mettent à la disposition du nôtre 300 millions de couronnes danoises, soit environ 26,4 milliards Fcfa, pour appuyer la relance économique et sociale et promouvoir une croissance économique durable. La signature de cette importance convention exprime, selon Anders Garly Andersen, la volonté commune des gouvernements malien et danois d’œuvrer ensemble pour la stabilité du Mali, après la crise multidimensionnelle de 2012-2013. « L’engagement d’aujourd’hui d’un montant de plus de 26,4 milliards de Fcfa s’ajoute à un décaissement total en 2013 d’environ 17 milliards Fcfa dans le cadre de coopération dano-malienne. Je voudrais donc profiter de cette tribune pour remercier très sincèrement nos partenaires maliens et l’équipe de l’ambassade pour le résultats obtenus en 2013 malgré le contexte assez difficile », a t-il indiqué. Le diplomate a rappelé que le soutien direct du Danemark au secteur privé malien et aux infrastructures productives se chiffre à plus de 55 milliards Fcfa sur la période de 2008 à 2018. Le PACEPEP, a rappelé Anders Garly Andersen, vise principalement à soutenir la croissance économique inclusive et à promouvoir l’emploi en donnant un rôle de premier plan aux acteurs du secteur privé. UN AMBITIEUX PROGRAMME. Le directeur résident de la coopération suisse a lui aussi déploré les conséquences néfastes de la crise multidimensionnelle qui a frappé notre pays. Mirko Manzoni a annoncé le lancement d’un nouveau programme de la Suisse avec le conseil de cercle de Sikasso à hauteur de 2,9 milliards Fcfa. Ce fonds permettra au conseil régional de la 3ème Région d’assurer l’animation et la coordination du développement économique régional pour améliorer la production agricole de la région. Le diplomate suisse a garanti le soutien de son pays au Mali sur les différents chantiers de développement comme il le fait depuis 37 ans. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a remercié la Suisse et le Danemark. Zahabi Ould Sidi Mohamed a rendu un hommage spécial à ces deux pays qui ont exprimé un soutien constant à notre pays même au plus fort de la crise à travers des appuis et d’importants financements aux secteurs vitaux. « Cette mobilisation financière du Danemark intervient seulement un mois après celle relative à la mise de la feuille de route de la Transition (2013-2014) pour une enveloppe de 8,7 milliards Fcfa. Il s’agit aujourd’hui d’un autre ambitieux programme qui se chiffre à 300 millions de couronnes danoises soit 26,4 milliards Fcfa, destinés au renforcement de la croissance économique inclusive par la production de revenus et la promotion de l’emploi stimulées par le secteur privé », a t-il rappelé. Le PACEPEP, a précisé Zahabi Ould Sidi Mohamed, sera mis en œuvre à travers trois programmes dont les objectifs sont, entres autres, le renforcement de la compétitivité des acteurs du secteur privé dans un environnement favorable, le développement des infrastructures économiques pour promouvoir la production et l’accès au marché agricole et la promotion de la compétitivité des secteurs économiques porteurs d’emplois par une formation professionnelle axée sur l’emploi. Le premier programme intitulé « Programme d’appui à la relance socio-économique du Nord du Mali » concernera la ville de Tombouctou et les cercles de Niafunké et Youwarou pour un financement de 2 milliards Fcfa. Il renforcera les services techniques déconcentrés des zones concernées grâce à la mise à leur disposition de moyens physiques et techniques pour favoriser la relance des activités de développement, la remise en état des écoles et le soutien aux collectivités territoriales. Le second projet, « Programme d’appui économique régional de Sikasso », est doté d’une enveloppe de 2,8 milliards Fcfa. Ce financement va renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles du conseil régional de la 3ème Région pour la promotion du développement économique régional, en particulier en faveur du secteur agropastoral. Le troisième programme « Programme d’appui à la formation professionnelle » bénéficie d’un fonds de 11,2 milliards cofinancé par la Suisse (60%) et le Danemark (40%). Sa mise en œuvre se fera dans les régions de Sikasso, Mopti, Tombouctou, Ségou et Bamako, en étroite collaboration avec le département de l’Emploi, les conseils régionaux et les opérateurs privés. A travers ces trois programmes, la Suisse accorde à notre pays une subvention non remboursable de 16,2 milliards Fcfa. Tout en remerciant la Suisse et le Danemark pour leur accompagnement constant et leurs efforts inlassables dans la mobilisation des partenaires, Zahabi Ould Sidi Mohamed a invité les collectivités et les structures concernées à garantir la bonne gestion de ces programmes.

D. DJIRE

Essor du 03 Janvier 2014