Partager

Le Projet de gouvernance du secteur des mines (PGSM) prend fin le 30 juin 2024. Le projet de programme de travail pour cette dernière étape a été validé, hier dans la salle de réunion du ministère des Mines, par les membres du Comité de pilotage qui ont aussi passé en revue le Plan de travail et budget annuel (PTBA) 2023.

C’était à la faveur de la 6è session du comité de pilotage du Projet dont les travaux ont été dirigés par le secrétaire général du département en charge des Mines, Soussourou Dembélé, en présence du coordinateur du PGSM, Hamara Touré.

L’année 2023 a été déterminante pour le PGSM. Il a fait l’objet de restructuration, au regard des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités de géosciences. Ainsi, le PTBA 2023 initial a été révisé pour prendre en compte de nouvelles activités. Celles-ci, qui constitueront du reste la substance du PTBA 2024, ne bénéficieront que d’un délai de six mois pour être réalisées, le Projet devant prendre fin le 30 juin 2024. «Pour cette dernière étape de mise en œuvre, le temps joue presque contre nous et nous devons être plus proactifs et diligents dans nos différentes tâches d’analyse et de validation des produits», a estimé le coordinateur.

Hamara Touré a expliqué que dans ce contexte, il s’agit de consolider les acquis du Projet dans les aspects institutionnels, le renforcement des capacités techniques et opérationnelles des différentes structures de l’État et des Collectivités opérant dans le secteur minier, mais également les organisations faîtières des communes minières. Il a ajouté que ce dernier semestre sera aussi consacré à l’élaboration de différents rapports de capitalisation et d’achèvement du Projet qui serviront certainement de jalons d’un nouveau projet dans les années à venir.

Parlant du PTBA révisé de 2023, le secrétaire général du ministère des Mines a dit avoir constaté que la mise en œuvre du Plan de passation des marchés issu de ce PTBA se poursuit normalement. «Le Plan de passation des marchés 2023 du PGSM est démarré à plus de 90%,80%, des contrats prévus ont été signés avec un taux d’exécution effectif de 50%», a-t-il détaillé. Soussourou Dembélé a, ensuite, précisé que le 30 juin 2024 consacrera la clôture du PGSM. Pour ce faire, il est prévu l’enquête de satisfaction sur la performance du secteur minier au Mali et l’évaluation de l’indice de gouvernance des ressources minérales. «En tant qu’acteurs du secteur minier, tous seront concernés par ces deux évaluations. Je saisis l’occasion pour solliciter votre pleine participation dans la réalisation desdites évaluations», a exhorté le secrétaire général.

Par ailleurs, il a invité les participants à un examen minutieux des documents qui leur sont soumis, notamment le PTBA 2024 dont le montant prévisionnel est estimé à environ 2,950 milliards de Fcfa. Ce Programme prévoit plusieurs activités. Elles permettront la mise à jour du cadre politique et réglementaire en faveur de la diversification de la production minière, le renforcement des arrangements institutionnels et des capacités pour une gestion efficace du secteur minier.


Autre attente est l’amélioration de la transparence des revenus des industries extractives et la promotion de la responsabilité sociale et de la participation directe des citoyens à la gestion des revenus des industries extractives aux niveaux national et local. S’y ajoute la promotion du développement responsable de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle pour la maximisation du développement local impulsé par le secteur minier.

Anta CISSÉ

Source: L’Essor