Partager

Le Mali a compromis ses chances dans la campagne de qualification de la Coupe du monde 2014, après son nul (1-1) dimanche 2013 au stade du 26-Mars face au Rwanda aux termes d’un match qui laissera des regrets aux Aigles du Mali dans leur groupe H.

« Dans un match de ce niveau, c’est toujours compliqué. On est tombé sur une équipe qui a dominé le match, mais finalement notre sélection a retrouvé son style, sa philosophie, et le résultat nous est favorable », a analysé Ndori Jean Claude, gardien de but rwandais, à la fin de la rencontre.

Cette rencontre s’est disputée comme attendu. Le Mali 3e africain et 23e mondial, cherchait la faille dans une défense bien organisée. Le Rwanda 38e africain et 135e mondial, s’essayait en contre. Amadou Pathé Diallo pour son retour sur le banc, avait décidé logiquement de renforcer son milieu avec le trio Samba Sow-Seydou Kéita-Tongo Hamed Doumbia et de titulariser une charnière centrale inédite Adama Coulibaly-Mahamadou Ndiaye.

Le dispositif était en place et à la hauteur du défi proposé grâce à une discipline collective illustrée par les replis précieux de Seydou Kéita et Tongo Hamed Doumbia. Pour preuve, même avec les quelques réactions sporadiques, les attaquants rwandais comme Iranzi Jean-Claude et son capitaine Olivier Karekezi sont rarement arrivés au portier Soumaïla Diakité.

Les Aigles sont parvenus dans le même temps à bien utiliser les rares ballons de contre dont ils ont pu disposer, avec un Tongo Hamed encore très bon dans l’orientation du jeu, mais sans non plus trouver l’ouverture, à l’image du duel perdu par Mamadou Samassa (29e) face au gardien Ndori Jean-Claude.

La confiance réitérée en Sigamary Diarra en dépit de sa longue disette (blessures à répétition) avec les Aigles, aurait également pu être fructueuse, le joueur d’Ajaccio s’étant montré particulièrement impliqué et bagarreur. Dommage pour lui qu’il n’ait pas converti ses belles opportunités (56e et 74e).

Le match aurait toutefois pu basculer en faveur du Mali en 1re période si les nombreuses occasions avaient pu être concrétisées. Il n’en sera finalement rien. Et la première période s’est achevée avec l’avance des visiteurs grâce à une réalisation à la 34e de Kagere Medie. Ce dernier profitera de la largesse de la défense adverse en interceptant une balle pour battre le portier Soumaïla Diakité.

Mais la seconde période s’est révélée moins porteuse. Quatre minutes après une alerte sur une frappe au-dessus de Seydou Kéita démarqué à l’entrée de la surface, Abdou Traoré manquait sa frappe.

L’accumulation de mauvais gestes dans le jeu a fini même par coûter encore plus cher aux Amavibu puisque, pour deux fautes en deux périodes, Niyonzima Haruna, a été expulsé (64e). Le Rwanda a fini le match à dix. A la 75e, Mana Dembélé, juste après avoir foulé la pelouse détrempée, s’est procuré une occasion, mais sa tête passera non loin du montant droit de Ndori.

Deux minutes plus tard, le gardien du Rwanda ramassera la balle au fond de ses filets. Sur un corner, Mahamadou Ndiaye va profiter d’une erreur de placement et sa tête piquée trouvera l’égalisation.

Le Mali rate son match et partage le point. De quoi nourrir quelques frustrations chez les Aigles. « Si on n’était pas au niveau, on n’aurait pas autant de regrets », confiera le défenseur Mahamadou Ndiaye. « Ça s’est joué sur des détails ce soir, et sur le réalisme. C’est dommage, on avait une belle opportunité pour garder cette première place avec l’Algérie, mais on n’a pas eu la réussite souhaitée », concluait fort justement le capitaine des Aigles Seydou Kéita.

Après avoir parfaitement entamé la phase qualificative, voilà donc le Mali rentré dans les rangs et condamné à jouer dorénavant les seconds rôles derrière l’accrocheuse Algérie. La contre performance des nôtres permet à l’Algérie de creuser l’écart en tête avec désormais deux points d’avance sur le Mali.

Boubacar Diakité Sarr

Les Échos du 11 Juin 2013