Partager

Ancien assistant de feu Pr Harouna Kéïta, professeur chercheur et parmi les pionniers de la pharmacopée malienne, docteur Aboulaye demeure en ce jour, l’un des tradi praticiens les plus actifs au Mali. Docteur en pharmacie d’officine, il fait également partir de la division médecine traditionnelle de l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) qui a mis au point les médicaments traditionnels améliorés.

doc-plante.gif

Docteur Abdoulaye Dolo, Pharmacien, Chercheur herboriste

.
Selon docteur Dolo, le Mali regorge de plusieurs plantes médicinales pouvant traiter certaines maladies qui semblent incurables .« Au Mali près de 80% de la population utilisent la Médecine traditionnelle, Je reçois en moyenne par jour, 40 patients, et chacun avec une maladie différente, la plupart de ces personnes repartent satisfaites » explique-t-il.

Aboulaye Dolo, voyage à travers plusieurs pays de la sous-region à la recherche des différentes plantes médicinales. Il s’est fixé un objectif, celui de trouver un remède à base de plantes qui pourrait soigner certaines maladies comme les tumeurs ou autres de type cancérigène.

Aujourd’hui, grâce à ses recherches, docteur Abdoulaye Dolo, arrive à traiter plusieurs maladies, soigner les maladies à l’exception des affections à pronostic chirurgical et des maladies comme l’appendicite, la tuberculose et la lèpre.

Docteur Dolo valorise les plantes de son pays, il n’hésite pas à utiliser les écorces de tronc de l’anacardium occidentale appelé Sômô en langue Bambara pour stabiliser à la fois la tension artérielle et la glycémie.

Pouvant apporter un plus dans la recherche de remèdes de certaines maladies déclarées incurables, docteur Dolo explique que les chercheurs en pharmacopée malienne sont limités du fait de l’insuffisance d’équipement, du personnel et du budget. «J’exhorte vraiment le ministre de la recherche scientifique à soutenir la médecine traditionnelle, nous avons véritablement besoin de moyen de recherche, d’autant plus qu’un bon nombre d’aspects de cette médecine ne sont pas encore explorés au Mali ».

Maminata Coulibaly

Bamako, le 22 Octobre 2018

©AFRIBONE