Partager

Dans le nord-est du Mali, de violents combats ont été signalés depuis ce mercredi à une trentaine de kilomètres de Tessalit. Les affrontements auraient opposé les rebelles touaregs à l’armée, appuyée par près de deux cents véhicules. Dans les deux camps on affirmait dès hier soir avoir l’avantage dans les combats. Il reste difficile ce jeudi 1er mars d’obtenir des informations sur la zone.

Les téléphones satellites sont fermés. Ni l’armée ni le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) ne sont joignables pour le moment dans l’Adrar des Ifoghas, où se déroulent ces combats.

Une source d’état-major à Bamako a indiqué hier en fin de journée que l’affrontement se poursuivrait aujourd’hui. L’objectif de l’armée est clair : reprendre le contrôle de Tessalit, tenir cette position stratégique – la ville est un carrefour, porte d’accès vers Tamanrasset et Bordj, lieux de passage obligatoire lorsque l’on vient du sud, de Gao ou de Kidal.

L’armée veut aussi tenir le camp militaire situé à quinze kilomètres de la ville. Cette base militaire équipée d’une piste d’atterrissage n’est jamais tombée aux mains du MNLA. Il y a quelques jours, l’armée a tenté une première fois d’apporter des renforts et des ravitaillements dans ce camp, mais les militaires ont dû rebrousser chemin, après des combats violents avec les rebelles touaregs.

Les moyens de la nouvelle colonne de l’armée, partie de Gao, sont très importants avec 300 véhicules, notamment des blindés, qui seraient engagés dans la bataille de Tessalit. En face, plusieurs unités du MNLA seraient regroupées pour contrer cette avancée. Les deux camps affirment dominer les combats. Aucun bilan n’est pour le moment fourni, ni par l’armée, ni par les rebelles du MNLA.

Article publié le : jeudi 01 mars 2012 par RFI