Partager

Tandis que le Mali attend toujours de connaitre le nom de son nouveau Premier ministre, la tension reste élevée, comme en témoignent plusieurs arrestations de responsables politiques et militaires dans la nuit de lundi à mardi à Bamako. L’ancien Premier ministre Modibo Sidibé a été une nouvelle fois interpellé, tout comme l’ancien ministre de la Défense Sadio Gassama, l’ancien conseiller du président ATT Bani Kanté, ou encore l’ancien chef d’état-major du président, le général Amadou Cissoko. Toutes ces personnalités ont été conduites à Kati, à une quinzaine de kilomètres de la capitale.

C’est d’abord l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé qui a été arrêté par des hommes armés dont deux ou trois étaient cagoulés.

Un peu plus tard, le directeur général de la police, le général Djagouraga, l’ancien ministre de la Défense, le général Sadio Gassama et le chef d’état-major particulier de l’ancien président Amadou Toumani Touré sont à leur tour arrêtés à leur domicile.

Également arrêtés, un autre haut gradé, et Bani Kanté, ancien conseiller à la présidence, et représentant des intérêts libyens au Mali. Tous ont été conduits au camp militaire de Kati, situé à 15 km de Bamako. Un camp qui sert également de quartier général à la junte.

Aucune explication officielle n’a encore été donnée à ces arrestations. « Le moment venu, vous saurez pourquoi, il y a eu ces arrestations », s’est contenté de déclarer une source proche de la junte.

En attendant ces explications, l’inquiétude est grande au sein des familles des personnes arrêtées, on se perd même en conjecture, surtout au moment où les uns et les autres pensaient que l’heure est à la décrispation. Soulignons que d’autres responsables politique ou hauts fonctionnaires maliens recherchés, n’étaient pas à leur domicile lors du passage des forces de sécurité.

Article publié le : mardi 17 avril 2012 par RFI.