Partager

Un effectif total de 4.600 éléments de la police, la garde nationale, la gendarmerie, la protection civile et les forces spéciales de sécurité seront mobilisés pour la sécurisation de la présidentielle au niveau du district de Bamako dimanche, selon une source des Forces de sécurité malienne.

Cet effectif prend en compte les agents qui seront déployés dans les différents centres de vote des différentes communes de la capitale malienne, mais aussi ceux qui procéderont à des patrouilles mobiles, ainsi que les éléments qui seront consignés dans les casernements afin de réagir à toute situation d’urgence.

Parmi les missions assignées aux membres des forces de sécurité, on peut citer pêle-mêle : assurer la sécurité des citoyens et leurs biens durant le processus électoral, protéger les observateurs des élections, assurer la sécurité des agents électoraux dans les centres de vote et au moment du dépouillement, assurer la sécurité du matériel électoral dans les lieux de stockage et durant le transport.

Les forces de sécurité seront aussi chargés d’éviter toute violence inutile ou disproportionnée, toute discussion avec les électeurs, les agents électoraux et les observateurs.

Elles s’emploieront à interpeller les auteurs de tout acte de violence et les mettre à la disposition du commissariat de la commune concernée. Elles doivent aussi se conformer uniquement aux instructions du chef de centre et du président du bureau de vote.

« Nous avons rappelé à nos éléments de faire preuve de professionnalisme, de vigilance, d’impartialité et de n’utiliser la force que par nécessité absolue. Ils sont formés pour ces genres d’opérations spécifiques et ont aussi conscience de la difficulté et la complexité de leurs missions. Nous avons entièrement confiance à nos hommes pour relever le défi sécuritaire de ce scrutin présidentiel, non seulement à Bamako, mais dans les autres localités du pays, notamment celles des régions du sud et du centre, Mopti, Segou, Kayes, Sikasso », a rassuré le capitaine Modibo Naman Traoré, officier des affaires publiques de défense et de sécurité.

Le sécurisation de l’élection dans les régions du Nord-Mali ( Gao, Tombouctou et Kidal) est assurée par les Forces armées maliennes, la Mission intégrée des nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et la troupe française.

Xinhua

27.07.2013 à 15h22