Partager

La principale ville du nord du Mali, Gao (80 000 habitants), est depuis hier soir la cible d’un nouveau raid d’islamistes armés, qui se sont barricadés dans le secteur de la mairie, où plusieurs explosions retentissent ce matin, selon notre correspondant sur place, François Rihouay.

L’attaque a débuté vers 1 h du matin, quand un groupe d’assaillants a pris d’assaut le point de contrôle de la route de Bourem, à l’entrée nord de la ville. Les militaires maliens ont alors riposté et des hélicoptères -probablement français- ont été appelés en appui.

Ce matin des tirs ont été entendus dans le secteur du marché, derrière la mairie, et des assaillants repérés alors qu’ils s’infiltraient à moto dans la ville, dissimulant des kalachnikov sous leurs boubous.

Plusieurs hommes armés sont actuellement barricadés dans le complexe de la mairie, située sur la place de l’Indépendance. Certains portaient des ceintures d’explosifs et trois fortes détonations ont retenti. Les militaires maliens ont pris position sur les toits et bouclent le secteur dans l’attente de renforts. Des militaires nigériens stationnent actuellement à Gao.

Selon toutes vraisemblance, les assaillants ont récupéré à l’intérieur même de la ville des explosifs qu’ils avaient dissimulés avant que le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest) s’en retire, en janvier, face à l’avancée des troupes maliennes et françaises.

Un commando islamiste avait déjà semé la panique à Gao, les 9 et 10 février, en menant un raid comparable dans le secteur l’ex-commissariat islamique. Cette attaque avait fait au moins cinq morts et dix-sept blessés.

La ville de Gao a vécu pendant plusieurs mois sous la coupe du Mujao, qui y avait instauré la charia et pratiqué des amputations, avant d’être libérée par l’opération Serval le 23 janvier.

De notre correspondant à Gao, François RIHOUAY.

Source : Ouestfrance.fr, le 21 Février 2013

– —– —–

Tirs et explosions signalés à Gao

Des tirs et des explosions ont retenti aujourd’hui à Gao, ville du nord du Mali que les forces françaises de l’opération serval et les troupes maliennes ont reprise fin janvier aux rebelles islamistes, rapportent des témoins. Des journalistes de Reuters sur place font état de tirs d’armes automatiques et d’armes lourdes, ainsi que d’explosions. Aucun représentant du contingent français ou des forces maliennes n’a pu être contacté.

Reuters – le 21/02/2013 | Mise a jour : 09:12