Partager

Les comités exécutifs nationaux du Syndicat autonome des administrateurs civils (Synac), du Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Syltmat), du Syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales (Syntract) et celui des Agences de développement régional (ADR) ont déclenché une grève de 15 jours qui prendra fin le 6 novembre prochain.

En cas de non satisfaction de leurs doléances par le gouvernement, ils menacent d’aller en grève illimitée sur toute l’étendue du territoire national à partir du lundi 9 novembre. Les syndicats conditionnent la levée de ce mot d’ordre de grève illimitée à la satisfaction de plusieurs revendications qu’ils ont déjà fait savoir par lettre au ministre du Travail et de la Fonction publique.

Ces points sont l’octroi d’une prime de sujétion pour risques de 400.000 Fcfa aux administrateurs civils, aux membres du corps préfectoral et aux représentants de l’État. Aussi, l’octroi à ceux-ci d’une indemnité spéciale de 987.500 Fcfa pour le grade III, de 1.100.000 Fcfa pour le grade II, de 1.212.500 Fcfa pour ceux du grade I et 1.325.000 Fcfa pour la classe exceptionnelle à compter du 1er janvier 2020.

Il s’agit également de l’octroi d’une indemnité spéciale de 1.287.500 Fcfa pour le grade III, 1.400.000 Fcfa pour le grade II, 1.550.000 Fcfa pour le grade I et 1.700.000 Fcfa pour ceux de la classe exceptionnelle à compter du 1er janvier 2021. À cette indemnité s’ajoute l’octroi aux administrateurs civils et aux membres du corps préfectoral ne bénéficiant pas de logement mis à disposition par l’État, d’une indemnité de résidence de 225.000 Fcfa pour compter du 1er janvier 2020 et de 250.000 Fcfa pour compter du 1er janvier 2021.

En plus de ces revendications, les syndicats réclament la majoration de la prime de fonction spéciale de 300% accordée au personnel des services du ministère de l’Administration territoriale, la fixation du nombre d’agents de sécurité affectés aux représentants de l’État et leur mise à disposition effective au plus tard le 30 octobre 2020, la prise en charge effective des salaires et accessoires des fonctionnaires des collectivités territoriales relevant du cadre de l’administration générale par le budget de l’État, la relecture des cadres organiques des services étatiques pour prévoir les corps des fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre de l’administration générale.

D’autres revendications des grévistes portent sur l’élaboration d’un plan de carrière pour les fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre de l’administration générale, le traitement des états de salaire de l’ensemble du personnel des Agences de développement régional du Mali sur la base des budgets annuels 2020 des ADR validés en conseils d’administration et approuvés par la tutelle, l’application immédiate des accords d’établissement des ADR du Mali et l’ouverture d’une concertation pour doter les ADR (EPA) de ressources propres pour un meilleur ancrage régional au plus tard le 30 octobre 2020.

Dieudonné DIAMA

Source: L’Essor