Partager

L’ancien Premier ministre Cheikh Modibo Diarra présente-t-il une menace pour la stabilité du Mali ? Débarqué par les hommes du capitaine des putschistes du 22 mars Amadou Sanogo, Cheikh Modibo Diarra serait toujours dans le collimateur des militaires de Kati, leur garnison située à proximité de la capitale Bamako.

Souhaitant se rendre à Paris pour se soigner, l’ancien collaborateur de la Nasa a été interdit de sortie du territoire national, informe le quotidien burkinabé Le Pays. Ce qu’a formellement démenti le 30 décembre le porte-parole du chef des putschistes.

Reste qu’un membre de la famille de Cheikh Modibo Diarra a confié à l’AFP, repris par Le Journal du Mali, que c’est bien le capitaine Sanogo qui a posé un veto à la sortie du territoire de l’ex-Premier ministre.

«Il est vraiment malade. Il a des problèmes aux poumons. Et depuis quelques jours, il a une boule visible au niveau de la clavicule droite. Ça lui fait mal. Mais le capitaine Sanogo lui interdit tout départ pour des soins», a-t-il dit.

Le 10 décembre dernier alors qu’il se rendait à Paris pour un contrôle médical, le Premier ministre avait été brièvement arrêté et poussé à la démission sous la pression du capitaine Sanogo.

Mais que lui reproche-t-on vraiment ? Pourquoi autant d’acharnement autour de l’ancien Premier ministre même après sa démission forcée. A en croire Le Pays, une certaine rumeur à Bamako faisait état d’un coup de force qui serait ourdi par Cheikh Modibo Diarra. Entre autres, raison pour laquelle les militaires le tiendraient à l’œil.

Pour l’heure aucune déclaration de la présidence de la République n’a confirmé ou infirmé cette rumeur. Le Mali vit des jours sombres. Et ce scénario plonge davantage le pays dans l’impasse.

SlateAfrique

02 Janvier 2013