Partager

Plutôt explosif, le cérémonial d’accueil du préfet et du sous- préfet de Tessalit ! En effet, leur prise de fonction, prévue en principe pour ce week-end, a été «célébrée» avec anticipation par une explosion mercredi dernier : celle d’une voiture piégée au niveau d’un check-point tenu par des Casques bleus tchadiens qui gardaient le bâtiment du Cercle de Tessalit, les locaux de la préfecture. Bilan de cette attaque : deux morts et quatre blessés dans les rangs des soldats de la paix ainsi que trois civils blessés dont un enfant.

L’acte, revendiqué par les «moudjahidines du peuple», intervient après ceux de Gao, de Tombouctou et de Kidal. Avec ce quatrième forfait en moins de deux mois, les djihadistes prouvent, si besoin en était encore, qu’ils sont allés vite en besogne, ceux-là qui avaient crier victoire après les frappes des forces conduites par la France et le Tchad.

L’hydre n’est donc pas morte, et elle s’attaque même à un symbole : les colombes onusiennes de la paix, avec un timing calculé, puisqu’intervenant en pleins Etats généraux sur la décentralisation à Bamako.

Cette attaque est venue donner plus de pertinence à l’appel lancé, il y a une semaine devant le Conseil de sécurité, par le représentant spécial des Nations unies, Bert Koenders, pour des renforts en troupes et en matériel afin de faire face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le Nord. Comme pour répondre du tac au tac à cette agression islamiste, il a été lancé, hier jeudi 24 octobre, une opération militaire de «grande ampleur» au Mali, baptisée « Hydre ». Cette « Hydre », à l’instar du serpent mythologique dont elle est d’ailleurs l’incarnation, a plusieurs têtes (elle est composée de soldats français, maliens et de la force de l’ONU), vise à «éviter une résurgence» de «mouvements terroristes» et apparaît comme une lueur d’espoir dans le ciel malien. La guerre des hydres est déclenchée, vivement que la gentille l’emporte sur la méchante.

Hyacinthe Sanou

Mise à jour le Jeudi, 24 Octobre 2013 21:14

Source: L’observateur Palaaga