Partager

Les deux médiateurs de la Cédéao, l’Ivoirien Ali Coulibaly et le Burkinabé Djibril Bassolé étaient mercredi en mission à Bamako pour clarifier la situation après les remous suscités par la requête du président Dioncounda Traoré auprès de la Cédao. Pour le Premier ministre Cheik Modibo Diarra et les militaires maliens, il n’est pas question d’accepter un déploiement de troupes régionales pour reconquérir le nord du Mali. Les médiateurs qui ont rencontré le président, le Premier ministre et l’ex-chef de la junte ont rassuré les autorités maliennes.

jpg_une-1053.jpgLa médiation de la Cédéao serait-elle à bout de souffle, ou plus vraisemblablement lassée d’être ridiculisée par les pirouettes et tergiversations des dirigeants politiques et militaires maliens ?

L’organisation ouest-africaine qui fait l’objet d’une campagne de dénigrement à Bamako ne veut pas devenir un bouc émissaire. Elle semble donc vouloir aujourd’hui prendre ses distances.

Le temps des menaces et des sanctions est loin. Les médiateurs ont employé un ton rassurant pour signifier que la Cédéao ne venait pas en guerre contre le Mali et son armée, et que c’était désormais aux autorités et aux institutions maliennes de prendre leurs responsabilités pour régler la crise au nord.

Façon diplomatique de dire « débrouillez vous ». Il est vrai qu’après avoir poussé le président Dioncounda Traoré à rentrer au Mali pour reprendre ses fonctions, la Cédéao peut difficilement désavouer les choix présidentiels, notamment ceux qui ont abouti au maintien du Premier ministre et des militaires dans le jeu politique, deux acteurs farouchement hostiles au déploiement de forces régionales pour reconquérir les villes du nord.

L’armée et le pouvoir maliens sont-ils déterminés a s’engager dans des affrontements pour reprendre le contrôle de près de deux tiers de leur territoire passé sous le contrôle des rebelles ? En les renvoyant a leurs responsabilités, la Cédéao cherche peut-être à les mettre au pied du mur.

On a appris mercredi soir que le président malien de transition avait écrit au secrétaire général de l’ONU. Dioncounda Traoré demande «un appui et un accompagnement dans le domaine humanitaire et sécuritaire pour aider à réformer les forces armées maliennes».

De source onusienne, il s’agit d’une requête formelle et ordinaire qui n’est pas liée à la question d’un éventuel déploiement de troupes. Et elle n’a d’ailleurs pas été adressée au Conseil de sécurité. Cette lettre a été envoyée deux jours avant la demande d’appui militaire envoyée à la Cédao par le président Traoré.

RFI, Le 12 Septembre 2012