Partager

Le président de la Commission Dialogue et Réconciliation (CDR) du Mali, Mohamed Salia Sokona, est attendu mercredi à Kidal, dans le nord du pays, a-t-on appris mardi de sources proches de cette commission.

Il s’agit d’une mission d’information, de sensibilisation et d’ échange avec les populations, d’après les mêmes sources.

M. Sokona s’est déjà rendu dans d’autres régions du pays, en compagnie de membres de la CDR.

« L’étape de Kidal n’a pas lieu en juillet à cause de l’absence du gouverneur de la région, le colonel Adama Kamissoko, chef de l’ exécutif régional », a expliqué un membre de la CDR.

A la signature de l’accord préliminaire le 18 juin dernier à Ouagadougou entre le gouvernement malien et les groupes rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), le gros du travail revient à la CDR en termes de réconciliation nationale.

Tiébilé Dramé, émissaire spécial du président malien, chargé de négocier avec les groupes armés du nord du Mali, avait confié à la presse que la CDR « prendra le relais sans délais (…) pour créer les conditions de ce vaste dialogue inter-malien qui devrait nous permettre d’avancer, de consolider notre pays au lieu de l’ affaiblir ».

Cet accord préliminaire prévoit la tenue de pourparlers inclusifs inter-maliens pour une paix définitive, 60 jours après l’ élection d’un nouveau président.

Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK, qui a remporté l’élection présidentielle malienne, avait déclaré lors du vote du second tour de la présidentielle, le 11 août, que s’il est élu, il « n’attendra pas 60 jours pour entamer la gestion de la crise dans le nord de notre pays ».

Source: Agence de presse Xinhua

28 Août 2013