Partager

Le Premier ministre a présidé le mardi 22 juin à la cérémonie de lancement de la campagne d’évacuation des déchets solides et de curage de collecteurs dans le district de Bamako.  Le moins qu’on puisse dire c’est que Choguel Kokalla Maïga a manqué l’occasion de rompre  avec les pratiques honnies par les maliens. 

-maliweb.net- Au Mali,  la rupture tant annoncée attendra. Puisque les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.  En effet, lors de la cérémonie de lancement de la campagne d’évacuation des déchets solides et de curage de collecteurs dans le district de Bamako, des enfants ont été fait sortir de l’école afin qu’ils viennent soutenir la transition. Ce n’est pas tout, des bâches et des humidificateurs ont été mobilisés pour une toute petite cérémonie de lancement. Ce qui est une perpétuation d’un passé décrié par les maliens.

Cette cérémonie qui va coûter de millions de FCFA aux contribuables maliens est de trop. Elle tranche nettement avec le discours de rupture prononcé par le nouveau locataire de la Primature, Dr Choguel Kokalla Maïga, qui a promis aux maliens de rompre avec les pratiques peu orthodoxes du passé. Il était l’un des pourfendeurs du régime IBK qu’il accusait d’être que  dans des « cérémoniales ».

Avec sa nomination à la tête du gouvernement, les maliens constatent avec effarement la poursuite des pratiques que lui-même avait dénoncées. Décidément, on ne réfléchit  pas de la même manière dans un château que dans une chaumière. En agissant ainsi, le Dr Maïga fait de la politique et est dans une volonté de séduction et de légitimation. Ce qu’il n’a pas besoin. Sinon comment comprendre et expliquer la présence des enfants dans une cérémonie de lancement de la campagne d’évacuation des déchets solides et de curage de collecteurs ? Pourquoi solliciter le soutien des enfants à la transition ?

Faut-il rappeler à Monsieur le Premier ministre que la place des enfants est à l’école et non pas dans des cérémonies. Manifestement, la rupture prônée par le Premier ministre n’est que de la poudre aux yeux. « C’était juste une manière pour lui d’accéder au pouvoir » constatent des analystes qui estiment qu’il est dans une opération de communication sinon on avait pas besoin de tout un salamalec juste pour une  cérémonie de lancement de la campagne d’évacuation des déchets solides et de curage de collecteurs.

Dans tous les pays sérieux au monde, l’évacuation des déchets solides et de curage de collecteurs ne nécessite pas toute une campagne à plus forte raison la présence d’un Premier ministre. C’est une activité de tous les jours. Mais au Mali, c’est connu  rien ne se fait comme ailleurs. Ce qui est pathétique !

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net