Partager

Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a menacé jeudi les rebelles touareg et groupes islamistes armés qui ont pris le nord du pays d’une « guerre totale et implacable » s’ils refusent de « rentrer dans les rangs ».

« J’ai conscience d’être président d’un pays en guerre », a lancé M. Traoré dans un discours à l’occasion de son investiture à Bamako.

Il a appelé « avec insistance et avec fermeté » les groupes armés du Nord à « revenir dans les rangs, à arrêter les exactions, les pillages, les viols, à quitter les cités qu’ils ont occupées ».

S’ils refusent, « nous n’hésiterons pas à mener une guerre totale et implacable et à bouter Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), les trafiquants de drogue et les preneurs d’otages hors de nos frontières », a-t-il averti.

« Nous préférons la paix, mais si la guerre est la seule issue nous la ferons avec notre armée. Nous serons tous derrière elle », a-t-il affirmé.

Il a par ailleurs rendu hommage à « l’engagement ô combien patriotique » de la junte qui avait pris le pouvoir à Bamako le 22 mars, et qui se retire en vertu d’un accord avec la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Le chef de l’ex-junte, le capitaine Amadou Sanogo, en uniforme, a assisté à la prestation de serment du président de transition, présent comme lui sur une estrade aux couleurs vert-jaune-rouge du drapeau malien.

12:32 – 12/04/12

BAMAKO (AFP)