Partager

( Xinhua ) 12.06.2013 à 09h54

La France a décidé de retarder l’échéance de retrait progressif de ses forces au Mali après la nomination d’un général français comme chef d’état-major de la Minusma (la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali), a-t-on appris mardi d’une source militaire.

Au lieu des 2000 hommes prévus initialement pour rester sur le territoire malien jusqu’en juillet, la force « Serval » vient de décider de conserver 3500 militaires jusqu’à la fin de l’élection présidentielle, selon la même source militaire.

Depuis la reconquête des deux principales régions du Mali, ( Gao et Tombouctou), ainsi que le nettoiement des bases logistiques des groupes islamistes et la montagne du Tigharghar, l’état-major des armées de la France avait commencé le réduction de son effectif dit non essentiel sur le territoire du Mali.

Deux mille soldats sur les 5000 que comptait l’effectif de la force française ont rejoint leurs bases respectives en France.