Partager

PARIS (AFP) – (AFP) – Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé lundi la prise par les islamistes de la ville de Diabali, à 400 km au nord de Bamako, près de la frontière avec la Mauritanie.

« Nous savions qu’il y aurait une contre-offensive vers l’ouest, d’autant plus que là se trouvent les éléments déterminés, les plus structurés, les plus fanatiques (…) Ils ont pris Diabali, qui est une petite commune, après des combats importants et après une résistance de l’armée malienne qui était insuffisament dotée à ce moment précis », a déclaré le ministre à la chaîne de télévision BFM-TV.

La prise de Diabali par les jihadistes en dépit de l’intervention française qui bombarde depuis quatre jours leurs colonnes et leurs positions, avait été annoncée à l’AFP par un élu de la ville.

« Les islamistes sont dans la ville de Diabali. Ils sont nombreux. Ce matin, ils ont échangé des tirs avec les militaires maliens, puis les tirs ont cessé et les islamistes sont entrés dans la ville », a-t-il expliqué, après avoir requis l’anonymat.

Les combattants islamistes sont menés par l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), selon une source de sécurité régionale.

« Abou Zeid, l’un des chefs d’Aqmi, dirige lui-même les opérations. Lui et ses hommes ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français », a précisé cette source.

La France, se proclamant « en guerre contre le terrorisme » au Mali, a bloqué vendredi la progression des groupes armés islamistes, qui contrôlent le nord du Mali depuis neuf mois, vers le centre du pays et bombardé pour la première fois dimanche leurs positions islamistes dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes.

Des positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d’entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, ont notamment été visés dimanche par des frappes aériennes françaises.

© AFP – 14/01/2013 – 14:22

– — — — —

12h07 TU INFO Lesechos.fr : Combat à l’ouest

Les rebelles islamistes ont pris le contrôle de Diabaly, petite ville du centre-ouest du pays proche de la frontière mauritanienne, a annoncé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

« Ils ont pris Diabaly, qui est une petite commune, après des combats importants, après une résistance de l’armée malienne qui était insuffisamment dotée à ce moment précis », a dit le ministre sur l’antenne de BFM TV.

Des habitants et des sources militaires maliennes avaient auparavant indiqué que les rebelles avaient lancé une contre-offensive dans cette région. Jean-Yves Le Drian a estimé que la situation évoluait dans la bonne direction, tout en concédant un « point difficile » dans l’ouest du pays.

« On savait que le noeud, l’essentiel allait se passer vers l’Ouest. C’est vers l’Ouest que nous avons bombardé cette nuit et c’est vers l’Ouest aujourd’hui que se passent les combats les plus importants », a-t-il dit.


Mali : attaque des islamistes contre la ville de Diabali sur la route de Bamako

BAMAKO (AFP) – (AFP) – Des combattants jihadistes, menés par l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), ont attaqué lundi la ville de Diabali, dans le centre du Mali, dans une zone sous le contrôle des autorités maliennes, a-t-on appris auprès de sources concordantes.

« Les islamistes ont attaqué aujourd’hui (lundi) la localité de Diabali (à environ 400 km au nord de Bamako). Ils sont venus de la frontière mauritanienne, où ils avaient été bombardés par l’armée française », a déclaré à l’AFP une source de sécurité malienne.

Selon la même source, l’armée malienne a envoyé « d’urgence » un hélicoptère sur place.

« Abou Zeid, l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirige lui-même les opérations. Ils ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français », a précisé une source sécuritaire régionale, qui confirme l’attaque contre Diabali (bien Diabali).

La France, se proclamant « en guerre contre le terrorisme » au Mali, a bloqué vendredi la progression des groupes armés islamistes, qui contrôlent le nord du Mali depuis neuf mois, vers le centre du pays et bombardé pour la première fois dimanche leurs positions islamistes dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes.

Des positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d’entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, ont notamment été visés dimanche par des frappes aériennes françaises.

© AFP – 14/01/2013 – 11:26