Partager

La  Commission Technique Mixte  Mali –Guinée  de matérialisation de la frontière s’est réunie du 18 au 19 aout dernier à l’hôtel Radisson de Bamako. La  cérémonie d’ouverture était présidée par le conseiller technique du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, M. Abdallah Faskoye.

Selon le représentant de la GIZ, M. Mamadou Tapily, la République Fédérale d’Allemagne, depuis 2008 accompagne la mise en œuvre du Programme Frontière de l’Union Africaine (PFUA). L’appui de l’Allemagne à cet ambitieux programme continental dont le Mali et la Guinée sont parmi les 26 pays bénéficiaires est mis en œuvre par la GIZ (Coopération Allemande) et s’articule autour de la délimitation  et la démarcation des frontières, de la coopération transfrontalière et du renforcement des capacités des Etats membres de l’Union Africaine en matière de gestion concertée des frontières.

Aux dires du représentant de la GIZ, sur la base d’une Feuille de route conjointement élaborée par la Guinée et le Mali, la Commission Technique Mixte est parvenue à faire des recherches de documents administratifs, juridiques et cartographiques dont l’exploitation a permis d’aboutir à un avant-projet de tracé de la frontière et de sa reconnaissance technique sur le terrain.

Pour sa part, le Directeur national de la Réglementation Administrative et des Frontières, chef de la délégation de la Guinée Cécé LOUA, a rappelé que la République de Guinée et la République du Mali se sont engagées dans un processus de gestion concertée de leur frontière commune avec la mise en place de la Commission technique mixte de matérialisation de la frontière. Et dans le cadre de l’accomplissement de sa mission, la ladite Commission a réalisé plusieurs activités liées à la délimitation-démarcation : la recherche et l’exploitation des documents ; trois missions de reconnaissance technique sur le terrain ; une proposition de tracé théorique de la ligne frontière ; l’élaboration du canevas de base.

Quant au Abdullah  Faskoye, Conseiller technique au Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, il a déclaré : « c’est une fierté que nous soyons parvenus, suite à l’instruction de monsieur le ministre, à sortir un instrument aussi important que le canevas de base, parce qu’il nous permettra d’aller à la démarcation de notre frontière. Les équipes sont en capacité de traiter les questions techniques ou administratives qui se posent sur le terrain. ». Le chef de la délégation malienne a par ailleurs émis le souhait que la paix revienne entre les communautés frontalières et que les espaces frontaliers entre la Guinée et le Mali soient des lieux de paix.

Mémé Sanogo

Source: L’Aube