Partager

Dans la nuit du 17 au 18 novembre 2008, l’hôtel Radisson a servi de cadre d’un dîner qui a marqué la signature d’un accord cadre de partenariat en santé humaine entre le ministère des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique et l’Ambassade des États-Unis d’Amérique (USA) au Mali. La cérémonie s’est déroulée en présence des doyens des facultés des grandes écoles, des chercheurs scientifiques maliens et américains.

La collaboration franche entre les deux nations a été fortifiée par un échange de signatures du ministre Amadou Touré et de Son Excellence Mme Gillian A. Milovanovic, Ambassadeur des États-Unis au Mali. Étaient également présents: le Recteur de l’Université de Bamako, Pr. Siby Ginette Gellegarde le Directeur Adjoint de l’Institut National des Malades Infectieuses et Allergiques M. Hugh Archinlloss.

Au cours de cette cérémonie, le ministre a adressé des motions spéciales au ministre de la Culture, des Arts de l’Afrique du Sud, à l’Ambassadeur Sud-africain au Mali et à l’ancien Recteur Pr. Sidiki Cissé.


Exemple de partenariat nord-sud

Ce protocole d’accord est le fruit de 19 ans d’expérience sur la recherche biomédicale placée au cœur d’un partenariat de haut niveau le gouvernement du Mali et celui des USA. A travers l’Université de Bamako reconnue pour la qualité de ses travaux en matière de santé publique et grâce à l’appui stratégique du partenaire américain NIAID/NIH, un Centre International pour l’Excellence dans la Recherche (ICER) a été créé à Bamako.

Cette signature d’accord cadre entre le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique et les USA témoigne de l’importance que les deux pays accordent à la santé humaine à travers la lutte contre les maladies infectieuses. Cet accompagnement des États-Unis en faveur de notre gouvernement constitue un acte majeur qui consacre une dynamique partenariat Nord-Sud et entre les deux États en particulier.

Une fierté pour le Mali

Les multiples efforts des USA pour de la santé publique en faveur du Mali ne sont pas fortuits, ils récompensent les efforts que notre pays à faits à travers le monde en matière de la recherche scientifique et biomédicale. Nous devons cela aux résultats tangibles obtenus dans le domaine de recherche en paludisme à travers le <<Malaria Rearch and Training Center>> dirigé par le professeur Ogobara Doumbo, un des chercheurs qui fait la fierté du Mali.

Aussi, pour la qualité des multiples laboratoires de biosécurité, niveau trois, sur la tuberculose à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie (FMPOS) et le laboratoire de biologie moléculaire à la Faculté des Sciences et Techniques (FAST).

Pour témoigner de ce parcours élogieux du Mali en santé, dans son discours de bienvenue, Mme le Recteur a précisé que si le choix de la qualité des ressources humaines justifie la qualité des moyens de travail, autant cette qualité dépendra de la compétence de ces ressources humaines.

Il est aussi évident que la signature du protocole d’accord entre les deux pays ne peut qu’insuffler une nouvelle dynamique à nos recherches scientifiques capables d’amorcer un développement rapide et durable, surtout en matière de santé à travers une recherche dynamique de qualité pour la santé publique.

Pour terminer, Mme le Recteur a déclaré qu’elle ne doute point que ce partenariat de l’avant avec l’engagement de tous les acteurs et partenaires de ce programme USA.


Le centre d’excellence

Quant au Directeur Adjoint de l’Institut, pour lui, le centre d’excellence national pour la santé finance à travers le monde la recherche scientifique dans 92 pays. Parmi tous ces pays seulement trois centres d’excellence sont retenus avec attention dont celui du Mali qui est un exemple illustratif grâce à la recherche sur le paludisme, premier volet concerné. Ensuite les actes sont diversifiés dans d’autres domaines tels que la tuberculose, le VIH/Sida.

Le Directeur Adjoint a en outre expliqué que le succès de ce programme de recherche en santé dépendra de ce qui a été fait et des voies jusque-là suivies grâce à la franche collaboration entre les chercheurs maliens et américains.

La main dans la main

Son Excellence, l’Ambassadeur des USA a, dans sa déclaration, approuvé que la signature de l’accord bilatéral du Centre International de la Recherche Scientifique est un projet de collaboration nationale entre le Mali, les États-Unis, l’Ouganda et la Chine. Il s’agit pour ces pays de se donner la main pour lutter contre le paludisme, la tuberculose…, a-t-elle dit, avant de souligner que depuis sa création en 1999, les chercheurs maliens et américains travaillaient dans la même dynamique.

L’Ambassadeur des USA aussi reconnu les multiples efforts consentis par notre gouvernement à travers une source locale de capacité durable déployée pour le développement scientifique au Mali. Un témoignage qui l’a d’ailleurs motivé à souhaiter plein succès à ce programme de recherche en santé pour les décennies à venir.

Un honneur pour le Mali

Honoré par la présence de la délégation Sud-Africaine, le ministre Amadou Touré a expliqué que cette présence est le fruit d’un bel exemple de coopération sud-sud. Il a entretemps félicité chacune des délégations: américaine, sud-africaine et leur a souhaité la bienvenue en terre africaine du Mali. En particulier, le choix porté sur l’Ambassadeur Américain M. Gillian A. Millovanovic auprès du gouvernement malien.

En outre, cette cérémonie qui nous réunit ce soir est placée sous le signe d’un exemple de partenariat Nord-Sud, car elle renforce la coopération entre l’Amérique et le Mali. En effet, cette coopération remonte aux années 1960 et cela dans plusieurs domaines: politique, social, culturel, éducatif, économique.

Depuis cette date, dira le ministre, l’appui des USA n’a jamais fait défaut. Si hier les aides s’étaient focalisées sur les actes ruraux, aujourd’hui il en existe en direction de la jeunesse, de la croissance économique durable et de la bonne gouvernance. Depuis 1990, l’appui des USA est dirigé vers la recherche scientifique et biomédicale.

Ainsi, a poursuivi le Pr. Amadou Touré, la signature de cet accord cadre dénote de la suffisance et du niveau de développement scientifique et médical de nos deux pays. Il a ensuite donné l’assurance de la disponibilité totale de son département en appui technique et matériel pour la mise en œuvre de ce programme. Enfin il a lui-même pris l’engagement de plaider en faveur de ce programme des facilités en terme de salaire et de droit de douane.

Il a conclu ses mots en remerciant tous les acteurs et chercheurs des trois pays Afrique du Sud, Etats-Unis et Mali pour la coopération culturelle et scientifique.

Des souvenirs

Après les différentes interventions, les Maliens et Américains ont signé l’acte du protocole d’accord indiquant le point de départ de ce nouveau programme en recherche scientifique et biomédicale.

Le ministre a ensuite remis des souvenirs à l’Ambassadeur des USA au Mali et au Directeur Adjoint de l’Institut des Maladies Infectieuses et Allergiques. Les chercheurs américains ont à leur tour reçu des souvenirs des mains du Recteur et des Doyens des autres facultés. La cérémonie a été sanctionnée par un dîner gala.

Hady BARRY

19 Octobre 2008