Partager


A l’instar d’autres pays de l’Afrique et du monde, le Mali enregistre, depuis plus de quatre décennies, une dégradation sans précédent de son potentiel productif. Cela est dû en partie à l’augmentation de la température, à la pollution de l’atmosphère, à la diminution de la pluviométrie d’année en année, à la dégradation des sols, ainsi qu’à la diminution progressive des ressources naturelles et de la production agricole et végétale.

Le processus d’élaboration du PANA a démarré en 2005 et s’est achevé en juillet 2007 avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement à travers le Fonds pour l’Environnement Mondial (PNUD/FEM). Le document est actuellement sur la table de l’Etat et de ses partenaires techniques et financiers.

De l’avis de Abdoulaye Bagayoko, coordinateur du PANA-Mali, <>.

L’Experience de la commune de cinzana

Pour les concertations dans la commune rurale de Cinzana située sur l’axe routier Ségou-Mopti (moins de 40 km de Ségou), l’approche ascendante basée sur la participation des communautés et les démarches utilisées par le Service de Développement Intégré (SDI), une ONG nationale ayant activement participé au processus PANA, a abouti à l’identification du secteur agricole comme le plus vulnérable.

Composée de 72 villages pour une population essentiellement agricole estimée à plus de 30 000 habitants, dont 50% sont des femmes, la commune rurale de Cinzana abrite une station de recherche agronomique. Déficitaire en ressources forestières et avec une température à l’ombre atteignant les 40°C, la commune enregistre annuellement une pluviométrique moyenne de 600 mm.

Les consultations PANA qui s’y sont tenues, du 1er au 3 novembre 2006, sous la présidence des autorités communales et étatiques, ont enregistré la participation des groupements, associations des femmes, de jeunes, chefs de villages, communicateurs traditionnels, associations de chasseurs, chambres d’agriculture (représentation des paysans), agents de radios de proximité et des services techniques en plus d’autres ONG présentes.

Ces concertations de Cinzana ont permis aux communautés rurales d’identifier et de prioriser des phénomènes de changements climatiques et de faire des propositions de solutions pertinentes. Ainsi, trois secteurs prioritaires ont été identifiés : l’agriculture, l’élevage, les eaux et forêts. Ces données collectées ont permis d’enrichir le PANA dans sa formulation.

Ou étaient les organisations paysannes ?

Bien que le secteur agricole ait été identifié comme la principale priorité dégagée lors des concertations régionales en termes de sécurité alimentaire, cela s’est effectué en l’absence des faîtières des organisations paysannes : l’AOPP, la CNOP et la FEBEVIM, entre autres.

Les responsables des ces structures paysannes d’envergure nationale ont affirmé <>.


Les communautés maliennes consultées, essentiellement rurales, ont identifié et propose des solutions pertinentes

Déficit de communication où insuffisance en matière d’identification des acteurs clés dans l’exécution du PANA au regard des activités prioritaires identifiées?

Toujours est-il que dans le cadre du processus d’élaboration du PANA, les communautés maliennes consultées, essentiellement rurales, ont identifié et proposé des solutions pertinentes et immédiates en matière d’adaptation aux changements climatiques. Cette implication soutenue et recherchée des communautés dans l’identification et le choix des mesures urgentes s’est avérée indispensable sur l’ensemble du territoire national.


S’approprier le PANA

Ce qui fera dire à Lancény Diallo, chef de programmes du SDI, que <<ces concertations réalisées ont suscité un intérêt qui enseigne que le PANA doit maintenir le dispositif ascendant imprimé impliquant l’ensemble des forces vives du pays dans son exécution et son suivi-évaluation>>.

Pour le cas du Mali, l’appropriation du document et son insertion dans un programme communal d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques par chaque commune sont un gage certain d’amorce de développement et de lutte contre la pauvreté.

<<Quant aux faîtières des organisations paysannes que j’invite à s’approprier le document, elles étaient associées au processus d’élaboration même si cette implication n’était point formalisée>>. A l’issue de ces concertations sur le processus d’élaboration du PANA réalisées sur l’étendue du territoire national, les experts de l’équipe PANA et les communautés ont identifié 19 projets prioritaires d’adaptation aux changements climatiques dont 12 agricoles, touchant directement les exploitations familiales agricoles.

Ce qui fera dire au coordinateur du PANA-Mali, Abdoulaye Bagayoko que, <<du fait de la spécificité agricole du pays, une implication soutenue des organisations paysannes dans l’appropriation du document PANA est une conditions essentielle de son exécution et de sa réussite dans une perspective de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté au Mali>>.

Défis pour l’État et défi financier

Le défi de la diffusion du document à des fins d’appropriation par les communautés et singulièrement par les paysans, reste à relever par les Etats et leurs partenaires financiers.

Le sera-t-il suffisamment ou le PANA ainsi élaboré va-t-il rejoindre aux calendes grecques la pile de dossiers clean que nos Etats et leurs partenaires ont l’art d’élaborer? Pourront-il tenir leurs engagements pris dans l’élaboration et l’exécution financière des PANA?

Ces projets, une fois financés connaîtront-ils des lourdeurs dans les procédures de décaissement des fonds telles que celles constatées actuellement avec les agences du système des Nations Unies dans nos pays? Quel sera le niveau d’affectation de ces fonds, une fois mis en place? Auprès de l’Etat, des communes ou des faîtières des organisations paysannes en ce qui concerne les projets agricoles?

Ces questions aussi bien que d’autres méritent d’être posées et clarifiées dans la mesure où malversation, détournement de fonds et impunité sont devenus de nos jours les trois intouchables mousquetaires de notre environnement immédiat.


Défis Sud n°84

23 Octobre 2008