Partager


En match inaugural des éliminatoires combinées de la Can et du Mondial 2010, les Aigles du Mali croisent le fer ce dimanche au Stade du 26 Mars contre les Diables rouges du Congo Brazzaville. L’équipe nationale dont tous les ténors ont répondu à l’appel est vraiment déterminée à gagner pour faire plaisir au peuple malien et tourner la page noire de Ghana 2008. Ce qui est à leur portée.

« Si le Mali a pris la mauvaise habitude de ne pas gagner ses premiers matches dans les éliminatoires, cette fois-ci, nous n’allons pas perdre, nous gagnerons », avait promis le sélectionneur national, le Nigérian Stephen Keshi. C’est donc le défi de rompre avec le passé en gagnant haut la main auquel les Aigles font face. Et ils sont engagés dans cette dynamique de victoire.

Tous les ingrédients sont réunis pour que les Aigles l’emportent. L’effectif est bien étoffé avec des joueurs talentueux évoluant dans de grands clubs européens et qui, sur papier, font peur à n’importe quelle sélection africaine.

C’est vrai que ces grands noms n’ont pas apporté de trophée à la nation, mais le sélectionneur national, tout en se montrant confiant, a laissé croire qu’il a une idée claire pour rendre rentable le potentiel à sa disposition.

« Le Mali peut faire beaucoup d’exploits avec ses joueurs. Je ne joue pas avec le nom, mais la performance.

Chaque joueur, professionnel ou local, doit se montrer convaincant pour gagner sa place », avait précisé l’ancien capitaine des Super Eagles du Nigéria. Keshi compte donc utiliser judicieusement ses poulains pour vaincre d’abord les Diables rouges congolais afin de baliser le chemin qui le mènera, espère-t-il, à la Can angolaise et au mondial sud africain.

Autre temps, autre réalité

Les réalisateurs de ses ambitions que sont les joueurs se sont eux aussi montrés très confiants. Avec comme seul mot d’ordre la victoire.

Le capitaine Mahamadou Diarra du Réal Madrid a levé tout équivoque : « nous sommes là pour gagner et nous aborderons la rencontre avec cet état esprit ». Un but qui est largement à leur portée dans la mesure où le Congo Brazzaville, sans le minimiser, n’est pas une équipe de la même écurie que la Côte d’Ivoire ou l’Egypte.

D’ailleurs les « guerriers » du pays de Denis Sassou Nguesso n’ont participé à aucune Can depuis l’édition 2000 au Ghana et au Nigéria, dans les éliminatoires de laquelle ils avaient sevré notre pays, à l’époque dirigé par le Français Christian Sarramagna, d’une qualification lors de la dernière journée.

Sur le plan de l’effectif, à part l’ancien sociétaire de Lille, Matt Moussilou, les Aigles ne doivent pas avoir de grandes difficultés à contrer les velléités offensives congolaises.

Qui plus est, beaucoup d’Aigles comme Soumaila Coulibaly, Mahamadou Sidibé et autres Adama Coulibaly, connaissent les Congolais pour les avoir déjà rencontrés dans ces mêmes éliminatoires.

Cependant, la vigilance et le respect de l’adversaire s’imposent. Surtout qu’aucun match de football n’est gagné à l’avance. Les Aigles qui ne minimisent aucunement leur adversaire du jour en sont conscients.

Ils pensent que la clé de la réussite est la concentration. « Nous allons gagner mais ça ne sera pas facile », a averti le capitaine Mahamadou Diarra alias Djilla.

Ses coéquipiers et lui ont sans doute entendu à maintes reprises la « fameuse » finale de la Can de Yaoundé en 1972 où les Aigles, sous la houlette des Salif Keita, Karounga Keita et autres Cheickna Traoré dit Kolo, s’étaient pliés au diktat des Congolais, vainqueurs 3 buts à 2.


Pourtant tous les observateurs avertis avaient donné les nôtres victorieux.

Hélas! Autre temps, autre réalité. Les Aigles sont en ordre de bataille et bien partis pour faire une bonne entame à domicile face au Congo Brazzaville.

Reste que le nombreux public attendu au Stade du 26 Mars supporte le Mali dans la sportivité et le galvanise vers la victoire finale. Un succès qui sera certainement celui de la réconciliation des Aigles avec le peuple malien après la douloureuse campagne avortée de la dernière Can. Il n’en faut pas moins.

Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

30 Mai 2008