Partager

Le premier match des éliminatoires de la Can/Mondial-2010 sonne-t-il le renouveau du football malien ? En effet, avec un nouvel entraîneur et des joueurs requinqués, les Maliens s’attendaient à un bon résultat contre les Diables rouges du Congo. Djilla et ses coéquipiers leur ont offert cela en s’imposant par 4-2. Ce qui leur permet de mieux entamer les éliminatoires dans ce groupe 10 avant les déplacements périlleux de N’Djamena (7 juin 2008) et de Khartoum (14 juin 2008).

Visiblement, les Maliens par une forte mobilisation, voulaient vite tourner la triste page de l’élimination peu glorieuse de la Can « Ghana-2008 ». Le football a reconquis sa place dans la vie des Maliens depuis la célébration du « Ballon d’or » de Frédéric Oumar Kanouté (24 et 25 mai 2008) par le gouvernement malien.

On avait dépoussiéré les drapeaux et d’autres gadgets dont les vendeurs avaient repris d’assaut les carrefours stratégiques de la capitale.

De Sikasso à Bamako, il était difficile de traverser un village sans voir le Vert-Jaune-Rouge de la souveraineté malienne. Il devait en être partout dans le pays. On était loin de la ferveur populaire dans laquelle le Mali était tombé à la veille de la Can « Ghana-2008 ». Mais, les Maliens se montraient disponibles à réécrire avec les Aigles la nouvelle page du football malien.

Et même le ciel, quelques heures avant le match, avait apporté sa bénédiction à cette ambition en arrosant Bamako. Ce n’était pas le déluge purificateur, mais une pluie bienfaisante qui a apporté plus de fraîcheur aux Aigles et à leurs nombreux supporters. Les protégés de Stephen Keshi se devaient donc d’être à la hauteur.

Et ils étaient là pour ouvrir le score dès l’entame de la partie, c’est-à-dire à la 55e seconde, par Seydou Kéita dit Seydoublen. Hélas, un bonheur de courte durée puisque Maha permettait aux Congolais de remettre les pendules à l’heure (4e minute) sur l’une de ses bévues monumentales. Heureusement que Police (Adama Coulibaly) était là pour faire le ménage et redonner espoir aux Maliens de la tête à la 32e minute.

Et pour donner à la rencontre une allure de vraie fête, Soumaïla Coulibaly a triplé la mise sur un boulet de canon à quatre minutes de la pause. Ces deux derniers buts ont été occasionnés par la vivacité de Seydou Kéita, de loin le meilleur joueur des Aigles sur le terrain.

D’ailleurs, c’est Seydoublen qui va exploiter une remise de la tête de Frédéric Oumar Kanouté pour marquer le 4e but des Aigles du Mali. Sans s’avouer vaincus, les Congolais réduisaient le score à la 74e minute par celui-là même qui avait égalisé à la 4e minute : Mouithym Mickalad.

Comme l’espérait le doyen Gaoussou Drabo, le déclic tant attendu a visiblement eu lieu ce dimanche 1er juin 2008 au stade du 26-Mars de Yirimadio. « Ce groupe de joueurs qui est l’un des meilleurs que nous ayons eus tient sans doute là sa dernière chance de se forger un destin qui le transporterait dans deux ans en Afrique du Sud.

Et qui satisferait une attente populaire longue de quatre ans »… avait écrit le doyen. Et son appel semble avoir été entendu par Djilla (Mahamadou Diarra) et ses coéquipiers.

Le prologue a été écrit avec le cœur, le talent, la volonté de rachat et l’amour de la patrie. Gageons qu’il en sera ainsi pour tout le reste du parcours des Aigles dans ces éliminatoires Can/Mondial-2010 dont les phases finales auront lieu respectivement en Angola et en Afrique du Sud.


Alphaly

03 Juin 2008