Partager

jpg_une-597.jpgUn premier groupe de 24 militaires maliens a été rapatrié par avion, il y a quelques jours, de Niamey à Gao. Il s’agit de militaires qui avaient franchi la frontière nigérienne pour fuir devant l’avancée des combats.

Un second groupe, composé de 18 personnes, parmi lesquelles deux adjudants-chefs et un sergent, devrait arriver à Niamey ce vendredi 3 février. Là encore, il s’agit de militaires maliens qui sont entrés au Niger en civil et sans armes, et qui ont demandé à être ramenés à Gao.

Selon un témoin qui leur a parlé, les militaires racontent s’être retrouvés en position d’infériorité, en termes d’équipement, face à des rebelles dotés d’armes lourdes. Ils ont donc préféré se mettre à l’abri.

Avec eux, de très nombreux civils : plus de 4700 ont été recensés à Chinagodrar, à 18 km de la localité malienne d’Anderamboukane. « Ils arrivent à moto, à dos d’âne ou même à pied, raconte le même témoin, qui affirme avoir retrouvé, parmi les réfugiés, des notables et des responsables des autorités locales ».

Par RFI : vendredi 03 février 2012 – Dernière modification le : vendredi 03 février 2012