Partager

La capitale malienne se fait belle pour l’investiture grandiose qu’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) organise le 19 septembre pour remercier la communauté internationale de son soutien au pays pendant la crise. Mais la capitale malienne manque d’hôtels pour accueillir les invités de marque du nouveau président.

Voies nettoyées, artères repeintes, chaussées retapées, drapeaux nationaux hissés… En quelques semaines, Bamako s’est métamorphosée pour mériter à nouveau son surnom de « coquette » et accueillir le président français, François Hollande, le roi du Maroc Mohamed VI et d’autres chefs d’États amis du Mali, le 19 septembre 2013. Date à laquelle le nouveau président Ibrahim Boubacar Keita, qui a déjà prêté serment le 4 septembre dernier, organise une nouvelle investiture en grande pompe avec les principaux représentants de la communauté internationale qui ont soutenu le pays pendant la guerre.

Si la crise malienne a beaucoup affecté les travaux d’entretiens de la capitale, l’arrivée d’IBK au pouvoir semble leur avoir donné un coup de fouet. « C’est vrai que ces derniers temps, nous avons rencontré des difficultés financières, mais l’assainissement de la ville va continuer », assure une source à la mairie du district.

La propreté n’est cependant pas le seul problème qui se pose en vue de l’investiture. Depuis le début de la guerre, les missions de l’ONU et de l’Union Européenne se sont installées dans les hôtels de la capitale malienne, à tel point qu’il y a manque de place pour loger les hôtes de marque d’IBK. « Les chefs de l’Etat des pays voisins du Mali comme le Niger, le Burkina Faso ou la Mauritanie ne passeront pas la nuit à Bamako », affirme une source diplomatique d’un pays voisin du mali.

Alternatives diplomatiques

Et pour ceux qui passeront un peu plus de temps dans la capitale malienne, leur représentation diplomatique est la seule alternative qui leur reste. C’est le cas notamment du Maroc. « Le roi Mohamed VI et une partie de sa délégation d’environ 400 membres seront hébergés à la résidence de son ambassadeur à Bamako », nous confie une source sécuritaire malienne à Bamako.


Par Baba Ahmed, à Bamako

18/09/2013 à 15:36

Jeuneafrique.com