Partager

On soupçonnait des islamistes armés d’avoir participé à la prise de la garnison d’Aguelok en janvier dernier, aux côtés des rebelles touaregs du MNLA. C’est désormais une quasi certitude après la diffusion d’une vidéo du mouvement islamiste Ançar Dine (défenseur de l’islam en arabe). Une vidéo dans laquelle apparait une figure des rebellions touareg des années quatre-vingt-dix, Iyad Ag Ghaly. Cette vidéo de propagande montre les hommes d’Ançar Dine attaquer un camp qui ressemble fort selon notre correspondant au Mali, à celui d’Aguelok. C’est en tous cas la première fois que Iyad Ag Ghaly réapparait après avoir pris le maquis il y a quelques mois.

La vidéo diffusée par le mouvement armé Ançar Dine apporte un certain nombre de clarifications. C’est la première fois que Iyad Ag Ghaly apparait en compagnie de ses hommes. C’est la première fois aussi que le mouvement Ançar Dine s’identifie publiquement et revendique sa participation à la prise de la garnison d’Aguelok en janvier dernier.

Certains de ces combattants islamistes qui, selon plusieurs sources, participent aux attaques des rebelles du MNLA depuis janvier (ils encore ont été vu à Tessalit dimanche dernier après l’attaque de la garnison), sont donc dirigés par Iyad Ag Ghaly, ancienne figure des rebellions touaregs des années 1990. Un homme qui durant des années a entretenu de bon rapports avec Bamako, avant de disparaître de la circulation.

Reste à comprendre le rôle exact de ce mouvement Ançar Dine et les ambitions de son leader. Sur la vidéo, le bras droit d’ Iyad Ag Ghaly affirme qu’Ançar Dine se considère comme une partie de la société malienne musulmane, ce qui semble contredire une volonté séparatiste. Ançar Dine n’a pas intégré le MNLA. En partage-t-il les objectifs ? Où se situe la frontière entre Aqmi et Ançar Dine ? Autant de questions, pour l’heure, sans réponse.

Mais le fait que Iyad Ag Ghali sorte aujourd’hui de l’ombre signifie qu’il entend affirmer son rôle. C’est aussi sans doute un message adressé à ceux qui tentent actuellement d’organiser des négociations entre Bamako et la rébellion.

Article publié le : mercredi 14 mars 2012 par RFI.