Partager


Dimanche dernier, au Centre international de conférence de Bamako, la cérémonie de clôture de la 2è session de la grande commission mixte de coopération entre notre pays et l’Afrique du Sud a eu lieu sous la présidence de Moctar Ouane, ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. C’était en présence de Mme Dlamini Zuma, ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud.

En effet, depuis la signature le 3 décembre 2000 de l’accord portant création de la grande commission mixte de coopération entre nos deux pays, les liens entre nos deux pays se sont renforcés aussi bien dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de la recherche, que de la culture, des mines, des transports, du commerce ou de l’élevage.

Durant cette session, les participants ont mesuré le chemin parcouru et mis en exergue l’utilité de consolider les importants acquis dans le domaine de la santé, notamment à travers la coopération triangulaire avec Cuba, de l’éducation avec la réhabilitation du Centre Ahmed Baba et de la coopération militaire avec la participation de l’Afrique du Sud au fonctionnement de l’École de maintien de la paix.
Constat a été fait par les participants que le Mali et l’Afrique du Sud ont développé une coopération exemplaire fondée sur la solidarité et le bénéfice mutuel.

Décision a été prise par la session de la grande commission mixte de donner une nouvelle impulsion à nos rapports en matière d’agriculture, de transports et de commerce, afin qu’ils contribuent de manière plus forte à une croissance économique durable.

Aussi, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a suggéré que dans cette perspective, il était essentiel que nos deux gouvernements diligentent les procédures de finalisation des accords subséquents et œuvrent à une implication accrue du secteur privé des deux pays dans la dynamique de coopération bilatérale.

De même, le ministre Ouane a fait savoir qu’il aimerait que la coopération entre les deux pays s’étende aux domaines de l’environnement, de l’emploi, des sports et des technologies de l’information et de la communication.

C’est ainsi qu’à l’issue de la session, a été adopté, un plan d’action qui a été salué par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères.
Ce plan d’action participe de cette exigence et traduit la volonté des deux pays de construire ensemble un partenariat fécond.

13 décembre 2006.