Partager

Cette ville du centre du pays est fatiguée des assauts du terrorisme.

Habituellement calmes, les rues de Djenné étaient ce dimanche en ébullition. Des banderoles affichant un « soutien aux forces de défense et de sécurité et réclamant la sécurisation des personnes et des biens » sont brandies par une foule compacte au son des vuvuzelas. Selon les organisateurs de la manifestation, plus de 3000 personnes venant de toute la circonscription ont répondu à l’appel des autorités coutumières et administratives. Selon eux, Djenné a enregistré plus d’une centaine de morts et le vol de milliers de têtes de bétail depuis le mois d’avril.

Originaire de la zone et ancien député de Djenné, Baber Gano l’un des organisateurs de la manifestation, explique : « Si on ne règle pas la question d’insécurité, rien n’est possible et ne peut être fait dans Djenné. Les populations sont très inquiètes de l’exaspération de cette crise sécuritaire. Elle a connu une recrudescence exécrable ces derniers temps. »

Dans le cercle de Djenné, certaines zones sont marécageuses et inondables pendant la saison des pluies. La mobilité est réduite et les villages difficilement accessibles avec du matériel lourd. Les patrouilles des forces de sécurité peinent à endiguer la pression terroriste, laissant les populations livrées à leur sort.

« Il faudrait quand même faire comprendre, qu’une défense et une sécurité ne se sous-traite pas. Donc si réellement l’État est absent, sa population est obligée de réellement prendre les armes pour se défendre. Donc à chaque fois, nous constatons qu’il y a de l’autodéfense donc nous souhaiterons la création d’un nouveau poste de sécurité permanent pour pouvoir répondre à ses attaques jihadistes. »

Selon les autorités locales, les combats entre jihadistes et groupes de chasseurs dozos ont, en plus d’une centaine de morts, fait fuir plus de 270 ménages de leurs champs et pâturages. Des familles privées de leurs moyens de subsistance à l’heure où la saison d’hivernage est pourtant propice à l’agriculture.

Source: rfi.fr