Partager


L’importation de poulet de chair est temporairement interdite au Mali par l’arrêté interministériel n°06/MIC/MEF/MSIPC. Malgré tout, certains supermarchés de la capitale s’adonnent à la pratique en violation des textes.

La Coopérative des producteurs de poulets de chair (Coprochair) monte au créneau pour dénoncer les importateurs de poulet de chair et invite les autorités à prendre des mesures contre les contrevenants.

L’alerte a été donnée la semaine dernière. En effet, des boîtes de conserve de poulets de chair ont été retrouvées dans le supermarché « la Fourmi » sur la route de Koulikoro, alors que les membres de la Coprochair soutiennent que l’importation de cet aliment est interdite par la législation malienne depuis le 10 février 2006 par arrêté interministériel n°06/MIC-MEF-MSIPC portant interdiction temporaire des oiseaux et produits avicoles.

L’article 1er de l’arrêté stipule : « il est interdit temporairement sur toute l’étendue du territoire national l’importation des oiseaux domestiques ou sauvages, de la viande d’oiseaux domestiques ou sauvages, des œufs destinés à la consommation, des plumages d’oiseaux, des matériels pathologiques ou suspects et produits biologiques d’oiseaux non traités par un procédé assurant la destruction du virus de la grippe aviaire ».

Selon les membres de la Coprochair, « la vente de ces produits est une violation flagrante de cette disposition de la loi qui n’a été ni révisée ni abrogée ».

Pour matérialiser la violation des textes par le supermarché, la Coprochair a commis un huissier de justice pour constater les faits. Selon le procès-verbal de l’Etude Sayon de Me Moussa Sidibé, il a été constaté dans le supermarché « La Fourmi » des sachets plastiques contenant des filets de poulets, des sachets des cuisses de poulets avec portion de dos, des sachets de poulets entiers et la chair d’autres volatiles exposée dans les rayons dudit super marché. Il s’agit notamment des dindes, des cuisses de poulet fumé, des poulets entiers et de la chair de pigeon en provenance de la France.

Partant de ces constats, la Coprochair invite les autorités maliennes et toutes les associations de consommateurs à prendre toutes dispositions utiles pour saisir dans les meilleurs délais ces aliments introduits dans notre pays en violation flagrante de nos textes.

Idrissa Sako

13 mars 2008.