Partager

Dès l’annonce de la reprise du bureau communal de Taboye, dirigé par l’URD -après un an d’exercice-, c’est la panique totale dans ladite localité.

Selon des informations qui nous parviennent de Taboye, à la veille de la mise en place d’un nouveau bureau communal, prévue pour ce dimanche, l’armosphère serait très électrique entre les partisans des différents protagonistes sur le terrain.

A en croire nos sources, malgré que l’URD ait introduit une requête au niveau du juge chargé du contentieux électoral local -qui n’a pas encore vidé le dossier-, le préfet de Bourem serait décidé, contre vents et marrées, à reprendre la mise en place du bureau communal, selon les instructions de sa hiérarchie.

Pour la circonstance, il aurait mobilisé les forces de l’ordre et de sécurité de sa zone de commandement. « Nous ne comprenons pas pourquoi, le préfet s’empresse, alors que le dossier est pendant devant le juge. S’il s’entête dans sa logique, il nous trouvera sur son chemin. Personne ne nous sera imposé, surtout pas des gens qui trainent les casseroles derrière eux. Il faut respecter le verdict des urnes », avertit un proche de l’URD.

Rappelons que trois lices étaient en compétition aux élections communales de 2009 dans la commune rurale de Taboye dans le cercle de Bourem. Au sortir des élections, le Mouvement Citoyen et l’URD se sont taillé la part du lion avec chacun 9 conseillers contre 5 pour l’ADEMA.

Pour la mise en place du bureau communal, l’URD et l’ADEMA se sont retrouvé en alliance. Et, le poste de maire est revenu à l’URD. Depuis, une bataille polico-judiciaire oppose les acteurs politiques de la localité.

Soumaila GUINDO

16 Juillet 2010.