Partager

Julius Malema, tribun provocateur et porte-voix des déshérités, exclu la semaine dernière par l’ANC, continue à s’accrocher à sa fonction de président de la Ligue de jeunesse, d’autant plus vigoureusement que les analystes ne lui prédisent aucun avenir en Afrique du Sud en dehors du parti au pouvoir. Dans une interview à la radio en soirée, Malema, 31 ans, a dénoncé ses adversaires au sein même du parti: « Ce sont ceux qui s’opposent à la Ligue de jeunesse qui veulent diviser l’ANC. Ces forces travaillent jour et nuit à saper la libération économique (…) certains sont au service des capitalistes blancs », a-t-il accusé. « La grande question derrière le phénomène Malema », analyse Mme Holborn, « c’est que l’ANC perd le contact non seulement avec la jeunesse, mais avec les gens ordinaires, jeunes ou vieux, qui ont le droit de vote et l’égalité sur le papier mais ne voient pas assez de changements dans leur vie quotidienne, ni la réalisation des trop nombreuses promesses faites par l’ANC ». AFP.