Partager

L’équipementier des Aigles du Mali, notre compatriote Malamine Koné, promoteur de MK Production et de la marque d’équipement sportif « Airness », a été séduit par le génie créateur de nos artisans à la fête de l’artisanat et du tourisme à Paris. Il croit au développement de notre pays qui doit, selon lui, passer par ce secteur et s’engage aux côtés du ministère de l’Artisanat et du Tourisme.

« La Fête de l’artisanat et du tourisme à Paris est une chance pour le secteur et contribue à donner de l’espoir à l’économie malienne. Si le Mali doit se développer, il se développera par l’artisanat. L’histoire contemporaine a prouvé que l’artisanat a joué et continue de jouer un grand rôle en ce sens qu’il retrace le vécu quotidien de nos peuples, dans leurs us et coutumes ». Pour Malamine Koné, c’est un secteur appelé à se développer en évoluant vers la modernité.

Malamine Koné, qui a co-présidé la cérémonie d’ouverture, manager d’entreprise, promoteur de MK Production, fabricant de la marque d’équipements sportifs « Airness » a accepté de faire un saut dans le secteur de l’artisanat et du tourisme pour l’aider à se développer.

Mala est passé directement à l’acte après l’ouverture de la fête en faisant le tour des stands des bazins teints à l’indigo, des tissus bogolans, parures traditionnelles, objets d’art, etc. Il a acheté dans chaque stand au moins un article. Il a dépensé au minimum 1,5 million de F CFA (environ 2000 euros) dans ses emplettes.

Le PDG d’Airness a donné un contenu à son engagement pour la cause de l’artisanat quelques jours plus tard, lorsqu’il a reçu au siège de son entreprise, le jeudi 1er novembre 2007 en compagnie de l’artiste musicien Manu Dibango, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Ndiaye Bah. Au cours de cette rencontre, le ministre a visité les locaux de MK Production, situé au 8e arrondissement de Paris, sur l’Avenue Bayard, à quelques encablures des Champs Elysées. Une visite qui a été sanctionnée par une conférence de presse.

L’arrivée de Ndiaye Bah dans les locaux d’Airness avait un double objectif. D’une part, l’équipementier des Aigles a profité de la présence de cette personnalité de l’Etat et de la presse nationale pour présenter le modèle du nouveau maillot du onze national en route pour la Can « Ghana-2008 ». Le clou de l’événement était la déclaration du pacte entre Mala et Ndiaye Bah en faveur de notre artisanat.

Aider la jeunesse à émerger

Le ministre Bah, tout ému et satisfait de ce partenariat en gestation, a affirmé que « Malamine Koné est un symbole, un cas concret de réussite au Mali et en Afrique. Au-delà de tous les slogans, si nous voulons avancer, l’histoire de Mala doit être enseignée dans nos écoles comme référence », a-t-il déclaré.

A en croire le ministre, grâce à son génie créateur, Mala, parti de rien, est parvenu à imposer une marque d’équipements sportifs mondialement connue et s’engage par son patriotisme à aider ses frères maliens dans le domaine du sport et de l’artisanat.

Pour la mise en marche du futur partenariat, Ndiaye Bah a laissé entendre que les deux parties ont parlé de créneaux porteurs, de professionnalisation du secteur et de créations de petites unités industrielles.

Toutes choses permettant aux artisans de vendre un peu partout dans le monde. Le ministre de l’Artisanat et du Tourisme entend mettre l’accent sur la formation des artisans aux Ntic pour qu’ils puissent faire leurs affaires sur la toile mondiale.

Selon une étude réalisée en 2004 par un organisme international, le secteur de l’artisanat occupe 46 % de la population active au Mali. Il contribue à hauteur de 10 à 15 % au PIB.

« Les artisans africains sont le moteur de l’économie du continent. Nous devons les aider à avoir de bonnes idées créatrices et à nouer des partenariats féconds pour que ce secteur se professionnalise. Si je peux apporter cela à notre artisanat, je le ferais. Voilà ce que sera mon soutien », a conclu M. Koné.

A noter que Malamine Koné fait partie du cercle de sommités comme le cinéaste Aberhamane Sissako, le musicien Manu Dibango, le présentateur de JT sur TFI, Patrick Poivre-d’Arvor réunis au sein de la commission « Génération Afrique », présidée par le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Jean-Marie Bockel.

Abdrahamane Dicko

(envoyé spécial à Paris)

13 novembre 2007.