Partager

Parmi les facteurs de risques pour la survenue de la diarrhée, on retient les mauvaises pratiques d’hygiène comme l’absence de lavage des mains au savon aux moments décisifs. Selon le système national d’information sanitaire (SIS) en 2006, il a été enregistré 156 248 cas de diarrhée dans notre pays dont 90 174 pour la tranche d’âge inférieure à 5 ans avec 212 décès.

En plus, la Direction Nationale de la santé a ménée une étude sur le lavage des mains dans les ménages, les écoles primaires, les restaurants et les toilettes publiques dans les régions de Koulikoro, Mopti, Gao et le District de Bamako.

Quelques chiffres

Cette étude montre entre autres que 68% des élèves ne lavent pas les mains au sortir des toilettes, 75% des élèves qui se lavent les mains au sortir des toilettes n’utilisent pas le savon, 34% des clients des restaurants ne se lavent pas les mains avant de manger, 82% se lavent les mains mais n’utilisent pas le savon.

C’est sur la base de ces résultats que la Direction Nationale de la Santé, a élaboré un Plan National de Promotion du lavage des mains au savon afin de contribuer à l’amélioration de cette pratique dans le cadre de la réduction de l’incidence des maladies diarrhéiques.


L’initiative de la direction nationale de la santé

C’est dans ce cadre que la Direction Nationale de la Santé, à travers sa Division Hygiène Publique et Salubrité, a organisé deux journées d’information et de sensibilisation sur le lavage des mains au savon aux moments décisifs à l’intention des orphelins, des promoteurs et moniteurs des crèches, des garderies et jardins d’enfants.

Et cela pour la réduction de l’incidence des maladies diarrhéiques. Ces deux jours d’information et de sensibilisation ont pour objectif de promouvoir le lavage des mains au savon aux moments décisifs à travers l’information des promoteurs et personnels d’encadrement des structures de l’incidence des maladies diarrhéiques.

Ainsi, au cours des deux journées, les participants ont eu droit à plusieurs présentations comme les données sur l’incidence des maladies diarrhéiques au Mali, l’importance du lavage des mains au savon aux moments décisifs ; le Plan National de Promotion du lavage des mains au savon.

Le lavage des mains, un moyen efficace contre les diarrées

A la cérémonie d’ouverture de ces journées, on pouvait enregistrer la présence des représentants de l’OMS, de l’UNICEF, de WAWI/ARD, de HUICOMA, des responsables préscolaires et orphelinats.

Dans son intervention, la Directrice du Programme Santé USAID/ANT, Mme Lisa Nicole, a souligné que la promotion de l’hygiène plus particulièrement le lavage des mains au savon compte parmi les moyens les plus efficaces de lutte contre les maladies diarrhéiques car, il est démontré que les mains constituent un véhicule dans la transmission des germes de ces maladies.

Selon lui, au Mali, le lavage des mains au savon est un peu pratiqué. Avant de rappeler qu’une étude réalisée par la Direction Nationale de la Santé en matière de lavage des mains au savon a trouvé que les mères et gardiennes des enfants ne sont que 39% à se laver les deux mains avec de l’eau et du savon après la toilette des enfants.

Les révélations des résultats

Les résultats ont aussi montré que le savon est absent pour le lavage des mains dans 70% des ménages. Pour elle, nous avons la possibilité de prévenir la diarrhée, de réduire son incidence chez nos enfants, avec un comportement simple, direct, et efficace : c’est le lavage des mains au savon.

Selon Mme Lisa Nicole, beaucoup de maladies évitables sont liées aux connaissances, comportements, attitudes et pratiques des populations.

A en croire Mme la Directrice du Programme Santé USAID/ATN, il serait donc possible de briser les chaînes de transmission de ces malades rien qu’en renforçant des comportements positifs déjà existant dans la société malienne et pour cela les personnels d’encadrement de la petite enfance sont les mieux indiqués.

C’est pourquoi, elle s’est réjoue de l’organisation de cette journée, première du genre, qui a l’avantage de toucher les premiers acteurs et relais des parents pour l’éducation de l’enfant que sont les promoteurs et personnels d’encadrement des institutions de la petite enfance.

Elle a par ailleurs souligné qu’il a été aussi prouvé que tout comportement positif acquis à l’enfance a la chance d’être maintenu et renforcé durant tout le cycle de vie. Par ailleurs, des études récentes au niveau international ont démontré que le lavage des mains au savon aux moments décisifs peut réduire de 47% l’incidence des maladies diarrhéiques, a-t-elle précisé.

Le directeur national adjoint de la santé

Dans son discours d’ouverture de ces journées, le Directeur National Adjoint de la Santé, Namory Traoré a rappelé que les maladies diarrhéiques, toutes causes confondues, constituent la 3ème cause de consultation après le paludisme et les infections respiratoires aiguës.

Elles demeurent préoccupantes dans la morbidité et la mortalité chez les enfants de 0 à 5 ans qui y payent un lourd tribut et font partie des pathologies sur lesquelles se focalise la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant (PCIME).

Se laver les mains au savon à des moments critiques comme au sortir des toilettes, avant de manger, après le nettoyage anal des bébés et avant de préparer à manger est une pratique simple, banale mais combien importante dans la prévention des maladies diarrhéiques, a-t-il indiqué.

Pour lui, tous les efforts doivent tendre à faire observer cette pratique dans nos ménages particulièrement les mères et les gardiennes d’enfants qui ont en charge la protection des enfants.

A en croire M. le Directeur National Adjoint de la Santé, il est établi depuis bien longtemps que les mains constituent des véhicules essentiels dans la transmission des maladies diarrhéiques du fait qu’elles sont facilement contaminées par les selles.

Quelques études sur la question

Selon lui, plusieurs études ont montré, ces vingt dernières années, que le lavage des mains au savon chez les mères est l’un des principaux facteurs qui contribuent à réduire l’incidence des diarrhées chez les enfants.

Des travaux très récents menés en 2003 ont mis en évidence que se laver les mains avec du savon pourrait réduire l’incidence de la diarrhée de 47%, ce qui est trè significatif.

Il a ensuite souligné qu’au Mali, des études menées en 2006 ont montré que : moins de 12% des mères et gardiennes d’enfants ont lavé les deux mains avec de l’eau et du savon au sortir des toilettes ; 75% des élèves qui se lavent les mains au sortir des toilettes n’utilisent pas le savon ; 34% des clients des restaurants ne se lavent pas les mains avant de manger.

Ces chiffres démontrent que la pratique du lavage des mains au savon n’est pas observée par la grande majorité de la population. C’est pourquoi, il a souhaité que la disponibilité, l’engagement et la détermination des promoteurs et moniteurs de crèches, garderies, jardins d’Enfants et orphelinats afin que cette pratique de lavage des mains au savon devienne un réflexe, une habitude de tous les jours.

La cérémonie d’ouverture a pris fin par la remise des dispositifs de lavage des mains à 4 structures d’encadrement d’enfants (Centre Niaber, ASSUREM, Falatô djiguiyaso, la poupounière).


Dado CAMARA

23 Mai 2008