Partager

arachide.jpg


Cinq ans de prison dont trois ans avec sursis et 300 000 FCFA à payer à la partie civile, en guise de dommages et intérêts. Telle est la peine infligée à, Youssouf Diallo, apprenti chauffeur, âgé de 26 ans, accusé de viol sur la jeune fille Kondié Coulibaly, âgée de seize ans.
C’était lors de l’audience d’hier, présidée par Mama Diarra avec, sur le banc du ministère public, le substitut du procureur de la Commune VI, Boubacar Karabenta.

Il ressort des faits que, courant octobre 2006, à Sébénicoro, précisément le jour de la fête de Ramadan, Kondié Coulibaly, vendeuse d’arachide demanda la permission à sa tante d’aller saluer leurs voisins.

De retour, Youssouf Diallo, l’un de ses fidèles clients l’invita à rentrer dans sa chambre afin de lui souhaiter bonne fête de Ramadan. Une fois à l’intérieur, Youssouf Diallo se rua sur elle, la déshabilla et enfin par la force, il accomplit des actes de pénétration sexuelle sur elle.

Un oncle de la victime, qui a l’a surpris en pleine action, est parti porter plainte contre, Youssouf Diallo. Interpellé, l’accusé a reconnu avoir entretenu un acte de pénétration sexuelle sur la personne de Kondié Coulibaly.

Cet aveu, à lui seul, suffit pour engager sa responsabilité pénale en dépit du fait qu’après l’acte, il s’est confondu en excuses auprès des parents de sa victime et s’engagea à épouser Kondié Coulibaly. Mais malheureusement, il n’a pas pu honorer son engagement et quitta le quartier sans informer qui de droit.

A la barre, Youssouf Diallo reconnut les faits, en justifiant qu’il a accompli son acte avec le consentement de Kondié, et qu’il ne l’a pas violée. « J’ai couché avec elle, mais avec son accord et non avec la violence  » a-t-il ajouté.

Me Badian Hagge, le conseil de la partie civile, dans sa plaidoirie a tenté de prouver la constance des faits. Selon lui, les débats qui se sont déroulés ont montré que Youssouf Diallo est coupable. Et que l’accusé a essayé de mentir pour bénéficier de la clémence de la Cour.

«  L’accusé essaie de mentir ce matin pour de bénéficier la clémence de la Cour. Le fait de viol est là, donc je vous prie mesdames et messieurs de la Cour, de retenir Youssouf Diallo dans le lien de l’accusation. Et qu’il soit jugé et condamné conforment à la loi » a laissé entendre Me Badian Hagge.

Boubacar Karabenta, représentant du ministère public, dans sa réquisition, abonda dans le même sens que le conseil de la partie civile. La défense, assurée par Me Robert Sanou, dans sa plaidoirie a essayé de prouver qu’aucune preuve n’a été apportée pour justifier le crime.

Soutenant les propos de son client, il déclara qu’il n’y a eu ni viol, ni de violence et que les éléments qui constituent le viol n’ont pas été prouvés par les parents. Avant de demander l’acquittement de son client.

Reconnu coupable, Youssouf Diallo a été jugé et condamné à cinq ans de prison dont trois ans avec sursis. Il a, par ailleurs, été condamné à payer 300 000 FCFA à la partie civile, en guise de dommages et intérêts.

Bandiougou DIABATE, Stagiaire

L’Indépendant du 12 mars 2008.