Partager


Dernier protagoniste encore en prison, l’enseignant Bassirou Minta a été libéré le mardi dernier après avoir passé deux mois de prison ferme que lui ont été infligés pour les raisons et dans les circonstances que l’on sait, les princes du jour, oubliant qu’ils auront un jour à répondre devant le peuple et devant l’histoire, de leur acte et de leur gestion.

Les enseignants qui ont présenté, dans cette affaire, une piètre figure semblent se ressaisir. Ils ont en effet décidé de consacrer les premiers cours de la rentrée prochaine, au niveau de tous les cycles d’enseignement, au sujet de « La maîtresse du président de la République ».

On retiendra de ce procès qu’il n’est ni plus ni moins qu’un signal fort à l’endroit de la presse et de tous ceux-là qui auront l’outrecuidance d’émettre des opinions qui ne plairont pas à Koulouba.

A. Kalambry

17 août 2007.