Partager

Au cours de sa traditionnelle présentation de vœux à la presse, hier à la Maison de la presse, le président du Cnid/Fyt, Me Mountaga Tall, a accusé l’Office de radiodiffusion et télévision du Mali (ORTM) de ne pas faire un traitement équitable des partis politiques.

La cérémonie de présentation de vœux à la presse nationale donne généralement l’occasion au président du Cnid/Fyt de se prononcer sur les grands problèmes de l’heure avant de se prêter aux questions des journalistes.

S’il y a une question qui fâche au parti du Soleil levant, c’est bien le traitement que notre confrère de Bozola semble lui réserver. Sous Alpha Oumar Konaré, Me Mountaga Tall était prompt à dénoncer dans les conférences de presse, ce qu’il appelait à l’époque l’exclusion dont son parti et l’ensemble des partis membres du Collectif des partis politiques de l’opposition (Coppo) étaient l’objet de la part de la télévision nationale. Sept ans se sont écoulés, Me Tall bien qu’étant membre de la mouvance présidentielle reprend les mêmes récriminations.

L’ire de Me Tall s’explique par le fait que l’ORTM ne traite pas équitablement les partis politiques. « Trop, c’est trop ! Nous n’accepterons plus ce qui est en cours aujourd’hui à l’ORTM. Il faut que les partis politiques soient traités d’égal à égal. C’est ça la passion du service public », a laissé entendre Me Tall. Et de poursuivre que « l’ORTM est un service public qui doit avoir une notion de média public et non de média d’Etat ».
Rendez-vous manqués

Le président du Cnid/Fyt a un certain nombre de griefs contre notre confrère qui aura manqué à des rendez-vous du parti du Soleil levant. Le premier responsable du Cnid a senti son parti exclu du débat « Question d’actualité » du dimanche 25 janvier 2009. Selon lui, il était invité à cette rencontre qui a fait l’objet d’un report. Mais son parti n’a plus été relancé pour la suite.

Bozola, aux dires de Me Tall lui a encore fait faux-bond pour la couverture de certains événements ou missions à l’intérieur du pays. Mais la goutte d’eau de trop aura été l’absence de notre confrère à la cérémonie de présentation de vœux d’hier, même si une équipe a été dépêchée vers la fin de la cérémonie. Me Tall tout en se disant conscient du manque de moyens matériels et humains à l’ORTM, l’invite à épouser le vrai sens du service public.

Toutefois, les remontrances de ce membre influent des partis de la mouvance présidentielle montrent le ressentiment que des politiques et les citoyens ont vis-à-vis de l’ORTM. Le dimanche dans l’émission « Question d’actualité », le représentant des partis politiques membres de l’opposition, Kaba Diarra du RPM, a eu maille à partir avec le présentateur du débat. Il s’est dit surpris d’être devant un tribunal qui a pris parti pour l’administration. L’empoignade verbale a duré quelques minutes et M. Diarra avait failli quitter le plateau.

Les accusations faisant état d’absence de débats politiques constructifs, de télévision d’Etat ne rapportant que les faits et gestes du prince du jour, doivent donner matière à réflexion. Les autorités devront jouer leur partition au lieu de se contenter de jeter des fleurs à l’ORTM à tout bout de champ. Et si des amis du pouvoir commencent à sortir la grosse artillerie contre le pilier essentiel du système, c’est que le ver a sérieusement endommagé le fruit.

Abdrahamane Dicko

Echos du 29 janvier 2009