Partager

Le chef de l’ex junte, le Général Amadou Haya Sanogo a été annoncé à la base aérienne donnée pour nouvelle résidence, après les mutineries de Kati, qui ont commencé le 30 septembre dernier.

Selon plusieurs sources, le général a élu domicile dans le voisinage de la résidence de Dioncounda Traoré, ancien président intérimaire, et qu’il serait sous très haute surveillance. Mais selon nos sources, il s’agit encore une fois d’une histoire pour rouler l’opinion dans la farine. Car le général Sanogo ne serait point du tout au lieu indiqué. La présence de militaires devant la résidence n’est qu’une supercherie car le Général serait ailleurs, après avoir déserté ces lieux. Cependant d’autres affirment qu’il s’agit seulement d’un changement de résidence, le Général serait bien planqué non loin de là, et toujours au sein de la base aérienne. Après l’élimination physiquement de certains éléments qui s’opposaient à lui, voilà venu le temps de se mettre à l’abri dans un lieu sûr grâce à l’aide des autorités qui disent mot des tueries dans l’ignorance totale de l’état de droit.

* Les droits humains au Mali : la stupéfaction totale des chancelleries

Des chancelleries au Mali sont stupéfaites devant les évènements ahurissants qui se sont déroulés récemment dans notre pays, notamment dans la ville garnison de Kati et environnant, des scènes de Western, sans qu’aucune autorité malienne, encore moins l’Ambassade de France ne pipe mot. Devant la gravité de la situation certaines chancelleries sont dans l’incompréhension totale et observent, suivent de très près l’évolution de la situation. Ils s’interrogent sur les liens entre le pouvoir et les membres de l’ex junte. Mais on est où là ? Se fout-on vraiment de l’opinion nationale et internationale ?

* Alliance politique : l’UM-RDA Faso-Jigi et le parti de l’Istiqlal cheminent

Hier lundi 21 Octobre, l’Union malienne du Rassemblement démocratique africain (UM-RDA) Faso-Jigi et le parti de l’Istiqlal du Royaume du Maroc, ont signé une convention de partenariat au Grand Hôtel de Bamako. Le président de l’UM-RDA Bocar Moussa Diarra et le secrétaire général du parti de l’istiqlal Hamid Chabat ont apposé leur signature en bas de la convention de partenariat. Côté marocain, on notait la présence de Rahhal El Makkaoui, membre du Comité exécutif et Mme Kawtar Oumali du comité central. Côté malien, la direction de l’UM-RDA aussi bien que les mouvements des femmes et des jeunes, ainsi que le conseil des sages étaient fortement représentés. Son président, le doyen Youssouf Traoré a fait un rappel historique des liens étroits entre les deux partis, particulièrement entre le Roi Hassan II et le président Modibo Kéita.

Il s’agit pour ces deux partis politiques, de retrouvailles, car ils ont cheminé ensemble du temps des pères des indépendances, Modibo Kéita et le Roi Hassan II. A travers cette convention, les parties entendent pérenniser les liens historiques.

Le Républicain du 22 oct 2013