Partager

Le budget 2014 de la Mairie du District est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de Vingt-cinq milliards neuf cent neuf millions sept cent vingt-six mille un francs Cfa (25.909.726.001) contre Vingt-deux milliards quatre cent trois millions soixante-deux mille six cent quarante-neuf (22.403.062.649) CFA en 2013, soit une augmentation de 15%, par rapport à l’exercice 2013. C’est la principale information qui ressort de la session ordinaire du Conseil du district qui se tient depuis jeudi dernier à l’hôtel de ville de Bamako.

Durant une semaine, les 23 conseillers au District examineront, entre autres, le rapport de la Commission affaires économiques et financières, le projet de budget primitif 2014, les dépenses de fonctionnements et d’investissement. Dernière session budgétaire de la mandature en cours, cette session a été placée sous le sceau de l’optimisme retrouvé et de l’indispensable synergie d’actions pour se hisser à la hauteur des attentes des populations, les mandants.

Profitant de cette session, le Maire du District, Adama Sangaré, a appelé à un sursaut d’engagement de la part de tous, afin de ne pas démériter de la confiance placée en eux. Le budget 2014 prend en compte les domaines et orientations classiques comme l’assainissement, la mobilité urbaine et l’aménagement urbain. Outre le budget primitif 2014, les conseillers au District examineront le rapport de la Commission affaires économiques et financières et la communication sur la cellule de préfiguration de l’agence d’urbanisme. Ils échangeront aussi sur la gestion des déchets dans le District et sur l’exécution des contrats de balayage des rues et de curage des caniveaux.

Adama Sangaré à propos des factures d’électricité impayées: «Nous avons hérité de la gestion de l’ancien Gouvernorat et des Halles de Bamako»

La mairie du District est plongée dans le noir depuis un certain temps. L’hôtel de ville de Bamako doit à la société EDM-SA plus de 1 000 000 000 de factures d’électricité. A la faveur de la session budgétaire en cours, le maire Adama Sangaré s’est expliqué sur la situation.

«L’Etat est une continuité, c’est dans cette continuité que nous avons a hérité de la gestion de l’ancien Gouvernorat du District et de la gestion des Halles de Bamako, dans le cadre de la centralisation. Donc, certaines factures que l’Etat aurait dû payer ne l’ont pas été et se trouvent aujourd’hui à notre niveau. Nous devons y faire face. 1996 – 2013, c’est 17 ans, soit 1 600 000 000 de CFA que nous contestons.

Il y a une équipe en place pour faire le point réel sur ce que la mairie doit et ce que la mairie ne doit pas. Pour prouver notre bonne foi, nous avons payé 90 millions et fait une proposition de payement de 15 à 20 millions par mois, tout en continuant à payer nos factures courantes.

Nous avons vu le ministre sortant. Nous allons voir le nouveau ministre dans les meilleurs délais pour arriver à un compromis. Qu’on comprenne que la mairie aussi c’est l’administration. Nous ne nous dérobons pas à notre responsabilité, mais nous souhaitons qu’il y ait la fourniture de l’électricité. Nous pensons que la mairie n’est pas de mauvaise foi. Les factures seront payées au fur et à mesure, mais nécessairement en fonction de nos budgets.»

Yaya Samaké

Le 22 Septembre du 28 Octobre 2013.