Partager


Après le scrutin du 26 avril 2009, les regards sont maintenant tournés vers le renouvellement des bureaux des mairies prévu pour le 2 juin prochain. En prélude à ce rendez-vous, les tractations vont bon train au sein de la section IV ADEMA après sa brillante prestation lors de ces élections de cette Commune du District de Bamako. Sauf, retournement de situation de dernière minute, on devait assister à la reconduction de l’équipe sortante dirigée par l’ADEMA.

Les probables candidats

Sont-ils des candidats potentiels au poste de maire ou des perturbateurs ? L’on est en droit de se poser une telle question eut égard aux agissements auxquels on assiste de nos jours.

Le cas Abdoulaye Koné : Il est à son troisième mandat à la mairie comme conseiller. Pour ce faire, il entend logiquement forcer la porte afin de devenir maire. Rappelons qu’en 2004, il a été battu d’une seule voix lors de la conférence organisée pour le choix du maire du parti. On lui reproche le fait de trop s’accrocher à certains barons du C.E pour prendre le fauteuil du maire. Il doit plutôt compter sur ses propres efforts au sein de sa sous-section et de sa section pour parvenir à ses fins.

Mahamadou Sidibé : Assez discret, il est le maire délégué de Magnambougou. On lui reproche, à tort ou à raison, son inaccessibilité durant le mandat écoulé. Son bureau restait toujours fermé. C’est pourquoi, des habitants de son quartier ne voudraient plus de lui. N’eût été la présence du charismatique Abdallah Diarra venu du RPM, l’ADEMA aurait pu enregistré un mauvais score à Magnambougou cette année, comme ce fut d’ailleurs le cas en 2004.

Lazare Timbely : Jeune élu, c’est lui qui a dirigé le projet COGEVAD chargé de la gestion de l’assainissement. De nos jours, il pense être bien mûr pour diriger les affaires de la Commune VI. Sa candidature proviendrait de certains jeunes qui veulent le voir vite gravir les échelons. Mais il sera étonnant que Lazare accepte de briguer le poste de maire.

L’erreur à ne pas commettre

Si les adémistes ont pu faire preuve d’union durant la campagne pour augmenter le nombre de leurs conseillers de 14 à 16, ils doivent tout faire pour s’entendre sur un choix au poste de maire. Aussi, n’a-t-on pas coutume de dire : “on ne change pas une équipe qui gagne” ?

Rappelons qu’à la fin de la dernière session de la mairie, le mois dernier, le maire de la Commune VI, Souleymane Dagnon a présenté le bilan de l’équipe qui a dirigé de 2004 à nos jours. Il a été approuvé par le conseil communal. Mieux, la section VI et le CE de l’ADEMA ont pris acte en approuvant ce bilan.

C’est pourquoi, depuis une semaine, certains responsables de la section VI sont désignés pour prendre des décisions par rapport au choix du parti d’ici le 2 juin. Il s’agira d’abord de supprimer la conférence pour choisir le candidat et d’analyser les apports des uns et des autres au PASJ afin de choisir le candidat qui deviendra probablement le maire.

Si rien n’est fait, l’ancienne équipe pourrait être reconduite avec à sa tête Souleymane Dagnon. Les responsables qui oeuvrent dans ce sens sont : le secrétaire général Yacouba Diallo, le secrétaire politique, le secrétaire administratif et celui chargé des élections.

Tout porte à croire que l’ADEMA-PASJ conserverait la mairie au grand bonheur du parti. Mais attention! Les négociations sont en cours, et pour l’heure, personne ne peut dire avec certitude qu’il y a un consensus entre le PASJ et les autres partis concernés par le renouvellement de la mairie de la Commune VI.

B.S.

06 Mai 2009