Partager

Le Palais de la Culture a abrité, le dimanche 11 juillet, une rencontre entre le maire de la Commune V, Boubacar Bah, et les commerçants et artisans de la commune autour du payement des taxes et impôts. La rencontre fait suite à de précédentes discussions sur le sujet qui se sont déroulées dans les locaux de la tutelle, en fin de semaine dernière.

La première rencontre partenariale entre les commerçants détaillants, artisans et le maire de la Commune V, après deux jours de dialogue, semble avoir porté ses fruits. Ces rencontres ont pour objet de sensibiliser les commerçants et artisans par rapport au paiement des taxes de développement régional et local (TDRL), dans le but d’aider la municipalité à faire face à ses actions de développement. La rencontre a enregistré la présence de plusieurs personnalités dont les chefs de quartiers, les leaders religieux et d’autres notabilités.

Les commerçants détaillants, qui avaient affirmé que la somme de 18 000 FCFA était trop élevée, sont revenus à de meilleurs sentiments. Plus de la moitié d’entre eux ont payé, aujourd’hui, leurs taxes et impôts.

Cela, grâce au programme de sensibilisation mis en œuvre par les responsables de la mairie. Les commerçants et les artisans ont, enfin, compris qu’ils doivent participer au développement de la commune.  » La mairie ne peut que se réjouir de cela « , a déclaré le maire Boubacar Bah dit Bill.

Selon le représentant du ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, Boubacar Camara, « la Commune V est la plus engagée, sur le plan assainissement, parmi toutes les communes de Bamako. A cette allure, d’ici au 22 septembre, nous sommes convaincus qu’avec cette commune, Bamako sera propre « .

Pour sa part, le 1er adjoint au maire, Ibrahim Dioné, dira que la sensibilisation va s’intensifier en direction de tous les citoyens dans le but de permettre la réalisation des projets attendus. Le rêve de la Commune V est de rendre Bamako plus propre d’ici le jour-j.

Il faut rappeler que ces deux jours d’information et de sensibilisation ont été nécessaires, car cela a permis à la commune, qui éprouve de réelles difficultés, à collecter 75 000 FCFA (avant la fin de la sensibilisation) d’enregistrer plus 300 000FCFA.

Korotoumou DOUMBIA

13 Juillet 2010.