Partager

Après plusieurs mois d’absence pour raisons de santé, le Maire de la Commune VI, Souleymane Dagnon sort de son silence. Dans une interview qu’il nous a accordée à son bureau, le Maire Dagnon nous parle, entre autres, des raisons de son absence et rassure la population de sa commune quant à la gestion efficace des affaires communales.

Le Tjikan : Bonjour monsieur le Maire, cela fait quelques mois que les Bamakois, plus particulièrement la population de la Commune VI n’avaient pas vos nouvelles. Beaucoup de choses ont été dites au sujet de votre absence prolongée. Qu’en dites-vous ?

Souleymane Dagnon : Je salue toute la population du District de Bamako plus particulièrement celle de la Commune VI. En effet, cela fait 8 mois que je n’étais pas là et cela dans le cadre d’une maladie. J’étais allé pour me faire soigner. Alors, à mon absence, mes adjoints ont mené correctement le travail qui devait se faire à la Mairie. Ils ont été à la hauteur du souhait dans la gestion des affaires courantes de la Commune. C’est pourquoi, il y a un maire et ses adjoints. Vous savez, les gens vont dire ce qu’ils veulent. Sinon, Ici à la Commune VI nous exécutons correctement notre mandat.

Le Tjikan :Monsieur le Maire, quel est votre état de santé présentement ?

Je me porte bien. Il n’y a aucun problème. Depuis mon retour je reçois régulièrement les habitants de la commune. Je suis dans ma posture de faire ce que la population me demande de faire. Et j’arrive à le faire depuis que je suis de retour. Je suis en mesure de remplir ma mission jusqu’à la fin de mon mandat.

Le Tjikan : Comment avez-vous trouvé la continuation des affaires courantes à votre retour ?

Je n’ai trouvé aucune difficulté dans la continuation du programme communal. Toutes les affaires marchent très bien. Alors, je ne vois aucune difficulté dans la gestion des affaires courantes, dans l’exécution des programmes de la Mairie. Ce qui fait que je remercie vraiment mon bureau communal pour avoir travaillé correctement à mon absence. Le bureau a été formidable.

Le Tjikan : Les élections municipales sont pour bientôt. Etes-vous candidat ?

On n’est pas arrivé à ce niveau d’abord. Mais comme les gens le disent il n y a jamais deux sans trois. On verra bien ce qui va se passer. Je suis issu d’un parti politique. Et c’est le parti qui doit investir les candidats. Je ne peux pas me prononcer pour le moment. Il faut que le parti m’investisse.

Le Tjikan : Au cas où votre parti vous investit candidat pour briguer encore le mandat communal en Commune VI, quel sera votre programme de société ?

J’ai fait deux mandats à la tête de la commune. J’ai toujours eu pour projet de société le développement de la Commune VI. A mon entendement c’est un programme de développement que la population de la commune VI a besoin. Donc, mon programme s’inscrit dans ce cadre.

Le Tjikan : Quel appel avez-vous à lancer à la population de la Commune VI ?

Je dis à la population de la Commune VI que c’est bientôt les élections municipales. C’est des élections de proximité. Donc, il faut que les gens se mobilisent beaucoup pour voter, parce que c’est le choix de proximité qui est le meilleur. Si les gens ne votent pas massivement, ceux qui seront élus ne répondront pas aux aspirations de la grande majorité. Sans l’aspiration de la grande majorité de la population la Mairie n’a pas sa raison d’être. Donc, l’appel que j’ai à lancer à la population c’est de sortir massivement pour rehausser l’éclat des élections à venir.

J’invite particulièrement la jeunesse à se mobiliser pour la cause. Car c’est pour elle-même. La jeunesse est la fois l’avenir et l’espoir. Je lance un appel aux jeunes de la commune de s’engager pour ces choix de proximité. Moi, d’ailleurs,je serai même heureux si un jeune me remplace à ce fauteuil.

Le Tjikan : Votre dernier mot.

Je vous remercie beaucoup de m’avoir interviewé.

Propos recueillis par Daniel Kouriba