Partager


Quel bamakois n’a pas vu dernièrement des jolies boîtes de mouchoirs Kleenex avec des design originaux, portant l’inscription « Mah Ne Industrie », atterrir sur sa table ? Et le plus intriguant est que ces boîtes sont fabriquées au Mali.

« Mah Ne Industrie », une nouvelle usine de fabrication de mouchoirs en ouate de cellulose, créée par notre compatriote Mamadou Baba Fofana, a reçu la semaine dernière, la visite de Ousmane Thiam, ministre de la Promotion des Investissements, des Petites et Moyennes Entreprises.

S’informer du fonctionnement de l’usine et des difficultés auxquelles le promoteur est confronté, représentait le but de la visite du ministre Thiam.

Ancien employé de la Société malienne d’importation et d’exportation (Somiex), Mamadou Baba Fofana a depuis 1990, fait le constat de la forte dépendance de notre pays dans le domaine de l’importation de mouchoirs, serviettes et autres papiers de toilette.
C’est grâce au Centre national de promotion des investissements (CNPI), que le promoteur de « Mah Ne Industrie », a pu recevoir un appui technique et bénéficié de certaines facilités du code des investissements pour démarrer sa production.
D’un coût de 250 millions de Fcfa, « Mah Ne Industrie » produit actuellement des mouchoirs de poche, des mouchoirs en boîte, des serviettes de table, des serviettes hygiéniques, des couches pour bébés, du papier de toilettes, qui sont en vente depuis février dernier sur le marché national.

L’usine emploie plus d’une vingtaine de personnes.

Mamadou Baba Fofana vise haut. En effet le promoteur a comme ambition d’amener son usine, a avoir une capacité de production annuelle de plus de 7 millions de mouchoirs de poches et plus deux millions de mouchoirs en boîte, faisant ainsi de « Mah Ne Industrie » une référence au plan national et sous-régional.

Et Mr Fofana, d’espérer qu’avec son usine, le volume de ces importations au Mali va diminuer dans l’avenir.

Cependant, le promoteur a laissé percer son inquiétude face à la concurrence déloyale des produits importés frauduleusement, à laquelle « Mah Ne Industrie » se trouve confrontée.

De même, Mr Fofana rencontre comme difficulté, le manque de locaux appropriés pour les équipements. En effet, faute d’espace, certaines machines de l’usine n’ont pu être utilisées jusqu’à présent.

Aussi, l’entreprise, pour résoudre ce problème, souhaite bénéficier d’une exonération sur les matériaux de construction et les véhicules.

Tout en saluant la combativité de Mr Fofana et la qualité de ses articles, promesse a été faite par le ministre Thiam d’accompagner « Mah Ne Industrie » conformément à la mission de son département.