Partager

Le projet d’aménagement du marché de Banankabougou-Faladié n’est pas le bienvenu pour les occupants regroupés au sein de l’Association des vendeurs du marché de Banankabougou (AVMB). Elle a tenu à le faire savoir à Souleymane Dagnon le lundi 23 février.

L’aménagement du marché de Banankabougou remonte à 1997. Depuis cette date, il a été loti et son plan d’aménagement approuvé par la population elle-même.

Aujourd’hui, les occupants, vendeurs, commerçants sont mécontents de ce plan d’aménagement. Dans une lettre adressée au maire, l’Association des vendeurs du marché de Banankabougou manifeste son désaccord et dénonce toute vente du marché à un particulier. Les occupants affirment qu’ils n’ont jamais été associés à aucun plan d’aménagement.

En réponse aux préoccupations des occupants, le délégué du maire, Moussa Fofana, a avoué avoir commencé l’aménagement en accord avec les populations. Mais les occupants disent n’avoir jamais été avertis ou associés à un quelconque projet de cette nature.

Pour le maire Soulemane Dagnon, le service public est une continuité. « Nous continuons ce que nos prédécesseurs ont commencé. D’ailleurs, l’aménagement du marché va dans l’intérêt des occupants. Et quand la population trouve ses intérêts, c’est la Commune qui se développe. Il faut que vous compreniez que les biens de la Commune sont des biens communs qui n’appartiennent à personne mais à tout le monde ».

Il a rappelé que l’aménagement et le morcellement sont dans l’intérêt des occupants car « au lieu qu’ils payent ou louent des places entre eux à 3500 F CFA, la Commune ne demande que 50 F CFA par jour ».

Pour certains occupants, « l’aménagement n’est pas un problème, mais nous sommes contre toute idée de vente ». Kadidia Coulibaly, vendeuse de condiments : « Je ne suis pas contre le projet, mais il faut que ça soit dans l’intérêt des occupants. Il faut qu’après l’aménagement chacun puisse trouver une place, ce qui n’est pas évident ».

Pour le maire, il n’est pas question d’abandonner le projet car la mairie est en droit d’aménager son domaine dans l’objectif d’atteindre un développement durable et un environnement sain.

Les adhérents de l’AVMB l’entendent-ils de cette oreille ? Wait and see !


Anne-Marie Kéita

24 Février 2009