Partager

Le candidat du pouvoir « de transition » en place depuis 2009 à Madagascar semblait lundi en position de remporter l’élection présidentielle, après dépouillement de 96% des bureaux de vote, mais son adversaire, Robinson Jean Louis, s’apprêtait à déposer des recours pour « fraudes massives ». Selon les chiffres mis en ligne sur le site internet de la Cenit (Commission électorale), M. Rajaonarimampianina, soutenu par le président sortant Andry Rajoelina, a recueilli 53,3% des suffrages, après décompte des votes dans plus de 96% des bureaux. Il devance M. Jean Louis (46,7%), adoubé par l’ex-président déchu Marc Ravalomanana. La Cenit, qui sera chargée d’annoncer le nom du vainqueur, prend toutefois soin de préciser sur son site qu’il s’agit d’un « résultat brut non validé ». Discret ministre des Finances et du Budget durant la quasi-totalité du régime de « Transition », M. Rajaonarimampianina, comptable de formation, a le mérite d’avoir réussi à gérer tant bien que mal les finances publiques d’un pays privé d’aide internationale. Agé de 55 ans, il s’était détourné de la politique avant que M. Rajoelina ne fasse appel à lui. Ses adversaires le soupçonnent cependant d’avoir couvert certains trafics du régime de transition. Ce qu’il a nié formellement dans un récent entretien avec l’AFP. AFP